Islam  : Libération des opprimés

Caricatures et lutte idéologique

Caricatures et lutte idéologique
Print pagePDF pageEmail page

Suite aux caricatures et au film blasphématoire sur le Prophète [saw] j’ai publié deux articles suivants où il était question de lutte idéologique :

Notre devoir envers Mohamed (saws)

Caricature et islamophobie

[C]es articles ont  traité tant  de l’explication de la haine envers le Prophète [saw] que de la conduite  à adopter face à cette haine et à la réaction qu’elle entraine  dans une machination diabolique contre l’Islam orchestrée par une main de maitre satanique qui mène une guerre idéologique, médiatique, subversive, psychologique et militaire contre l’Islam. Il est de mon devoir de vous  montrer l’autre aspect idéologique de la campagne contre le Prophète (saws) ainsi que l’aspect de cette lutte idéologique contre mes écrits et ma pensée libre et autonome.

Précisons tout d’abord que  la guerre psychologique vise à faire douter son adversaire, à faire douter les alliés de cet adversaire sur sa compétence à vaincre ou à résister, et à inspirer la peur, le désarroi, la confusion et la rumeur à cet adversaire et à ses alliés appelés à s’incliner devant la puissance exagérée. Il s’agit d’un procédé de menaces et d’intimidation  pour saper les forces morales, psychoaffectives et spirituelles qui sont décisives dans un affrontement.

Précisons que si la guerre psychologique joue sur l’aspect subjectif, la lutte idéologique joue sur le mode et la manière du  raisonnement pour  détruire le discours et les idées de son adversaire. Elle va shunter les arguments et le discours en  faisant valoir d’autres idées, d’autres personnes pour occulter l’auteur, ou en donnant d’autres intentions à l’auteur et surtout à créer un autre champ d’intérêt opposé à celui de l’auteur  pour ne pas réfléchir aux problèmes ou adhérer aux solutions et aux analyses de l’auteur lorsqu’il est jugé sérieux, crédible et percutant.

Je vous explique le lien entre les caricatures contre le Prophète et la lutte idéologique  en faisant de la situation actuelle un cas d’école pour que vous restiez vigilants sur votre avenir qui est en train de se jouer dans les coulisses:

A – L’appel au meurtre du verset : « Crevez de rage » ?

Des non musulmans d’origine européenne et d’origine arabe  me reprochent d’être raciste et violent en énonçant le verset : « Crevez de rage ! ».

L’astuce est de me pousser à faire comme les « pygmalions » ces intellectuels arabes de services qui détournent et contournent le sens  des versets coraniques pour rester « aimés » et tolérés dans les médias. A tous je dis qu’il ne m’appartient pas de prononcer des opinions qui plaisent aux uns et  qui fâchent les autres. Mon devoir est de me taire lorsque je n’ai pas d’arguments et de dire « Crevez de rage ! » lorsque je trouve l’argument dans le Coran qui me permet de donner la réponse coranique dans les limites de ma compréhension et de ma mémoire aux caricatures.

« Crevez de rage ! » est pourtant la meilleure réponse qui soit lorsqu’on vous insulte et que vous restez au dessus de l’insulte par la magnanimité et le refus de la violence sans s’incliner devant l’intimidation et les menaces. Elle n’est pas un appel au meurtre. Le Coran n’est pas une parole humaine et ses arguments sont clairs,  concis et  hautement significatif sur le plan sémantique, lexical ou symbolique et métaphorique.  Je mets donc en défi les détracteurs qui font diversion de me trouver une définition dans une encyclopédie ou dans un dictionnaire français prouvant  que cette expression est un appel au meurtre.

Elle ne signifie pas autre chose que « mourrez par cotre colère, votre passion ». On dit aussi « crevez de jalousie ». L’envieux, le haineux et le blasphémateur sont condamnés à mourir par leur maladie du cœur : « crever= mourir comme un pneu crevé, comme un être enflé de colère et de haine qui crève comme une baudruche, crever de rage = être près de mourir de colère en se vidant ou en explosant de l’intérieur »

La littérature française est remplie de ce type de citations comme celle d’Emile Michel Cioran « Si tu ne veux pas crever de rage, laisse ta mémoire tranquille, abstiens-toi d’y fouiller. »

 B – L’appel au meurtre des Chrétiens d’Orient

On me reproche de ne pas condamner l’appel au meurtre des Chrétiens dans les pays musulmans. Je me suis déjà prononcé sur ce sujet dans plusieurs  de mes analyses en montrant le lien de l’Islamophobie avec la volonté de la CIA et du Vatican de laisser les Chrétiens d’Orient se faire massacrer par quelques  « Musulmans » sectaires et stupides qu’ils ont eux même manipulés et financés. La « guerre contre les Chrétiens » est une forme de sanction idéologique contre leur attachement à l’arabité et leur soutien à la Palestine. C’est une sanction politique et géostratégique   car ils ne se reconnaissent pas dans l’Occident judéo-chrétien ni dans sa laïcité ni dans Église de Rome. C’est une démarche qui vient aiguiser les contradictions  confessionnelles en Orient ou se substituer aux discordes sunnites chiites et aux luttes intestines dans les deux clans.

J’ai dénoncé  la faute grave du régime syrien de laisser les Chrétiens prendre les armes contre les « islamistes » otanesques et les Takfiristes, car cela met de l’huile dans le feu et fait le jeu de la stratégie de l’axe sionisme-Empire- monarchies arabes vassales.  Le Sykes-Picot bis ne va reculer devant rien pour assoir l’hégémonie sioniste et empêcher l’effondrement de l’Empire.

C – L’Islam religion de haine et de violence

On me reproche mon parti pris en faveur de l’Islam qui prend une forme de fanatisme qui dévie vers la violence. En vérité c’est la stratégie de la lutte idéologique qui crée de la diversion. Ainsi au lieu de prendre position contre le blasphème institutionnalisé et ses visées idéologiques islamophobes et devant l’incapacité à répondre à mes arguments  sur l’islamophobie et sa machination diabolique, on me pousse  dans un débat secondaire où il faut se défendre au lieu de défendre l’image de son Prophète. C’est astucieux, mais archaïque comme démarche.  Je continue à défendre l’image du Prophète en défendant les valeurs et le contenu de l’Islam par la mise en exergue des points suivants :

 1 – La contrainte religieuse :

La meilleure preuve de sa fausseté est la présence des Juifs et des Chrétiens au sein de la civilisation musulmane qui non seulement ne les as pas obligé à renier leur religion, mais les a honoré  en faisant de la protection du citoyen non musulman en terres d’Islam un principe sacré :

{Celui qui a tué un homme (sans droit ni justice) c’est comme s’il avait tué l’humanité entière, mais celui qui sauve la vie d’un homme c’est comme s’il avait sauvé la vie de l’humanité entière} Al Maidah 32

Le Messager d’Allah [saw] a dit :

« Je plaiderai moi-même le jour de la résurrection contre celui qui opprime une personne qui a conclue un pacte (avec les musulmans), le dénigre, le contraint à faire ce qui est au-delà de ses capacités ou lui prend une chose sans son accord. »

« Celui qui tue une personne qui a conclu un pacte avec les musulmans (Mou’âhad) ne sentira pas l’odeur du paradis, alors que son odeur est sentie d’une distance équivalente à quarante années. »

« Que n’importe quelle personne qui promet la protection à une autre personne puis la tue, sache que je la désavoue, même si la victime est  un mécréant. »

Si une minorité de fanatiques  « musulmans » appelle au meurtre des Chrétiens ou des Juifs, il faut savoir que cette minorité de fanatiques a commencé d’abord par verser le sang des Musulmans et par conséquent elle ne représente ni l’Islam ni les Musulmans. Nous avons un contentieux religieux avec les Juifs et les Chrétiens et nous les désavouons. Sur ce plan Allah jugera entre nous le Jour où le Messie fils de Marie redescendra sur terre pour y faire régner l’ordre, la justice et la vérité.  Il jugera entre nous le Jour du Jugement dernier.

La vérité historique témoigne que les Juifs et les Chrétiens non seulement n’ont jamais été persécutés par les Musulmans, mais ils ont joui de statut privilégié, occupant des postes de haute distinction et surtout ayant la liberté de culte et  de recours à des juridictions indépendantes qui arbitrent selon la loi mosaïque ou chrétienne lorsqu’ils ne veulent pas être jugés par un juge musulman  ou un tribunal musulman en matière de droit privé et de droit familial.

Celui qui met en situation de danger de mort les Chrétiens et les Juifs ce sont les médias et les armées de l’Empire, du sionisme et du Vatican.

2 – Au sujet de la liberté de culte

Il ne s’agit ni de mon opinion ni de ma culture, mais de l’ordre qu’Allah [swt] a chargé son Prophète (saw] d’exécuter :

{Nulle contrainte en religion. Le sensé s’est distingué de l’insensé.} Al Baqarah 256

{Et dit : « La Vérité procède de votre Dieu. Que celui donc qui veut qu’il devienne croyant et celui qui veut qu’il devienne mécréant ».} Al Kahf 29

{Si ton Dieu voulait, tous ceux qui sont sur la terre, dans leur totalité, seraient devenus croyants. Est-ce toi alors qui vas forcer les hommes à être croyants ?      Et il n’appartient à nul être de croire sauf par la Volonté d’Allah} Younes 99

{Appelle à la Cause de ton Dieu par la sagesse et la bienveillante exhortation, et discute avec eux de la façon la meilleure.} An Nahl 125

{Si donc ils se détournent, Nous ne t’avons point envoyé pour eux comme conservateur : il ne t’incombe que la transmission.} Choura 48

L’énoncé coranique prime sur tout énoncé, y compris sur ceux de nos savants, de nos intellectuels et de nos extrémistes ou de nos laxistes.

  3 – Au sujet  du Jihad et de la guerre sainte :

A partir de la propagande médiatique et de l’incompétence de certains traducteurs les illettrés en Arabe  se retrouvent face à trois  faussetés qui vont contaminer leur connaissance  sur l’Islam et leur regard sur les Musulmans :

a – Le mot  Jihad traduit  par guerre. La signification véritable du terme  « Jihad » vient du verbe Jahada qui signifie déployer tout ses efforts en vue de …  Il est différent de « Qatala » qui signifie combattre avec les armes.  Tout combat est une forme de Jihad, mais tout Jihad n’est pas obligatoire une lutte guerrière ou un combat militaire. Personnellement je traduis le terme « Jahidou » par « efforcer-vous » et non pas « luttez ». Le Coran marque  la distinction entre le « Qital » et le « Jihad »

b – Le terme de guerre sainte. Le terme sacré qui donne à une chose son caractère saint  n’existe pas pour la guerre ni dans le Coran ni dans le Hadith. C’est également une mauvaise traduction des orientalistes français qui ont volontairement  donné  au terme « Jihad » le sens de « guerre sainte ». En Islam le sacré  se porte sur la vie, les biens, la religion, l’honneur et  la dignité de l’homme, ainsi que sur  les lieux saints et les temps bénis. Il n’y a pas de guerre sainte et de guerre sacrilège, mais guerre légitime et guerre illégitime. Si c’est une agression ou une transgression la guerre est moralement et religieusement une guerre illégitime contre laquelle il faut opposer une résistance.  Porter atteinte à l’image de notre Prophète [saw] est une déclaration de guerre illégitime que nous devons combattre en dépit des censeurs et des négateurs. Toute riposte à une agression est une guerre légitime que les Musulmans et les chrétiens vivant en terre musulmane sont censés soutenir, car toute collaboration et toute  permissivité avec l’agresseur est une trahison qu’ ’il faut punir.

Je n’ai pas d’opinion personnelle sur ce sujet et je ne fais que répéter ce que dit notre religion qui n’attend pas de moi la surenchère, mais l’obéissance scrupuleuse :

{Quiconque alors vous agresse, agressez-le dans la mesure de son agression contre vous.} Al Baqarah 194

{Certes, Allah prend la défense de ceux qui sont devenus  croyants. Certes, Allah n’aime pas celui qui persiste dans la traîtrise, qui persiste dans la mécréance. Il a été permis à ceux qui sont combattus, de se défendre, en raison de l’injustice qu’ils ont subie. Certes, pour leur donner victoire, Allah Est sûrement Omnipuissant. Ceux qui furent expulsés de leurs demeures sans aucune juste cause, rien que pour avoir dit : « Notre Dieu Est Allah ».} Al Hadj 39

c – « Tuez-les ». La lutte idéologique consiste à recourir à l’art de tronquer les paroles ou de les amalgamer pour les détourner de leur sens et de leur portée.  Ainsi on trouve les mêmes arguments tant chez les musulmans spécialistes de l’anathème que des non musulmans spécialistes du dénigrement :

{Et tuez-les là où vous les saisissez, expulsez-les}

Ce verset « terrifiant et  arbitraire » qu’on met en évidence pour témoigner  de la violence atavique des musulmans prend une autre signification lorsqu’il est inséré dans la globalité de son énoncé qui n’a pas besoin de  docteur en théologie ou en linguistique pour être compris  et mis en application :

{Combattez, pour la cause d’Allah, ceux qui vous combattent et n’agressez point, car Allah n’aime point les agresseurs. Et tuez-les, là où vous les saisissez, expulsez-les de là où ils vous ont expulsés : la sédition est pire que le meurtre. Ne les combattez pas auprès de la Mosquée Sacrée à moins qu’ils ne vous y combattent. Si alors ils vous combattent, alors tuez-les. Telle est la punition des mécréants. S’ils s’arrêtent, alors Allah est Absoluteur, Miséricordieux. Sinon combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de sédition et que la Religion soit pour Allah. S’ils s’arrêtent,  alors pas d’agression, sauf contre les injustes.} Al Baqarah 190 à 193

Dans la guerre qui lui a été imposée pour l’empêcher d’exercer son droit et son devoir de prédicateur, Mohamed [saw] n’a jamais aimé la guerre. Toutes ses batailles étaient courtes, économes en vie humaines et en temps. Il a enseigné à ses compagnons la patience et le refus d’être les premiers à ouvrir les hostilités :

« O gens ! Ne souhaitez pas la rencontre de l’ennemi et demander à dieu le salut. Mais une fois en face de lui, montrez-vous patients et sachez que le Paradis est à l’ombre des sabres »

4 – La signification du rapport Musulman et reste du monde :

Les experts en amalgame et troncature aiment citer ces versets :

{Allah vous interdit de prendre comme tuteurs…}

{Quiconque les prend comme protecteurs, ceux-là alors sont les injustes.}

Si on les replace dans leur contexte ils prennent alors une tout autre signification :

{Allah ne vous interdit pas – envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour votre religion, et ne vous ont pas chassés de vos demeures, – d’être bienfaisants et équitables envers eux. Certes, Allah aime ceux qui sont équitables. Mais Allah vous interdit de prendre comme tuteurs ceux qui vous ont combattus pour votre religion, qui vous ont chassé  de vos demeures, et qui ont aidé à vous expulser. Quiconque les prend comme protecteurs, ceux-là alors sont les injustes.} Al Mumtahana 8-9

 D – Terreur du Coran  et terrorisme islamique :

De la même façon que pour le Qital les orientalistes ont donné un sens littéral « terroriser, terreur, terrorisme, vous terrorisez » aux termes Rahaba (رهب ), Irhab (ارهاب  ), rohb (الرُهب ) tourhiboun (تٌرهِبُون )

Ainsi  l’énoncé coranique suivant

وَأَعِدُّواْ لَهُمْ مَّا ٱسْتَطَعْتُمْ مِّن قُوَّةٍ وَمِن رِّبَاطِ ٱلْخَيْلِ تُرْهِبُونَ بِهِ عَدْوَّ ٱللَّهِ وَعَدُوَّكُمْ

Est traduit par :

{Et préparez-leur tout ce que vous pouvez comme forces et cavalerie afin que vous terrorisiez l’ennemi d’Allah et votre ennemi} ( ?)

Nous allons recourir à quatre  exemples pour donner  un sens plus précis à l’énoncé coranique et lui trouver une traduction qui sied à son sens sans chercher à être complaisant  envers les uns ni être déplaisant envers les autres.

  • 1 – Le premier exemple se rapporte aux  versets suivants :

يَٰبَنِي إِسْرَائِيلَ ٱذْكُرُواْ نِعْمَتِيَ ٱلَّتِي أَنْعَمْتُ عَلَيْكُمْ وَأَوْفُواْ بِعَهْدِيۤ أُوفِ بِعَهْدِكُمْ وَإِيَّٰيَ فَٱرْهَبُونِ  وَآمِنُواْ بِمَآ أَنزَلْتُ مُصَدِّقاً لِّمَا مَعَكُمْ وَلاَ تَكُونُوۤاْ أَوَّلَ كَافِرٍ بِهِ وَلاَ تَشْتَرُواْ بِآيَٰتِي ثَمَناً قَلِيلاً وَإِيَّٰيَ فَٱتَّقُونِ

{C’est Moi que vous devez craindre} ( ?)

{C’est de Moi que vous devez être terrorisé} ( ?)

Les orientalistes et leurs mimétismes musulmans ont également traduit la Taqwah et la Rahba par la crainte en distinguant la Taqwah par le qualificatif révérencielle (révérencieuse) comme si cela allait donner un sens au contre sens : Il est impensable qu’Allah puisse inspirer de la terreur ou qu’Il soit terrifiant.

Dans mon livre « Aimer la voie coranique » je me suis longuement  attaché à détruire ce type de traduction qui ne sied pas à la Majesté divine ni à sa parole. La Taqwah signifie l’espérance dans la crainte et la crainte dans l’espérance afin que le croyant espère tout en restant vigilant dans sa foi et son espérance qui peuvent le conduire à compter sur la miséricorde d’Allah et oublier les fautes que le croyant fait et qui mérite le châtiment.  Le croyant même dans la crainte pour ses péchés et ses fautes est appelé à l’espérance pour ne vivre désespéré de la miséricorde d’Allah. La Taqwah c’est l’espérance et la crainte par le respect scrupuleux de ce que Allah a interdit et a ordonné. Il s’agit de prendre garde à Allah dans le sens d’être vigilant à son égard et d’être scrupuleux dans toutes ses démarches et ses paroles.

On utilise le verbe « Rahaba » qui signifie ici à la fois redouter et adorer Allah. Il s’agit d’adorer Allah tout en redoutant les conséquences de sa désobéissance afin de rester vigilant et ne pas se laisser séduire par Satan comme l’explicite le contexte du verset :

Il faut savoir que le Coran explique et explicite les versets  coraniques. Dans les deux  versets précédents il s’agit d’une passerelle de sens entre les Descendants d’Israël (les générations de Moise et de Jésus en particulier) et l’humanité contemporaine. Nous allons chercher à comprendre le sens des mots par le recours à d’autres versets qui traitent du même thème :

{Ceux à qui les hommes disent : « Les hommes se sont coalisés contre vous, craignez les ». Mais cela augmente leur foi et ils répondent : « Allah nous suffit, c’est le meilleur Procurateur ». Alors ils bénéficient  d’une grâce d’Allah et d’une munificence. Aucun mal ne les effleure, et ils suivent l’agrément d’Allah. Allah Possède une Munificence immense. Seulement, tel est Satan : il fait peur à ses liges. Ne les redoutez donc point, et redoutez-Moi, si vous êtes croyants. Et ne t’afflige point de ceux qui s’empressent vers la mécréance. Ils ne nuiront en rien à Allah. Allah veut ne leur assigner aucune part dans la vie future. Et ils auront un immense châtiment. Certes, ceux qui troquent la Foi contre la mécréance ne nuiront en rien à Allah, et ils auront un douloureux châtiment.  Que ceux qui sont devenus  mécréants ne considèrent point ce que Nous leur ajournons, est un bien pour eux-mêmes. Mais sûrement, ce que Nous leur ajournons est pour qu’ils accroissent  leurs péchés. Puis ils auront un infâme châtiment. Il n’est pas de mise qu’Allah laisse les croyants dans l’état où vous êtes, jusqu’à ce qu’Il fasse discerner le méchant du bon. Et il n’est pas de mise qu’Il vous informe sur le Ghayb, mais Allah élit, parmi Ses Messagers, qui Il veut. Croyez donc en Allah et en ses Messagers. Ainsi  si vous êtes croyants et  pieux, alors certes, vous aurez une immense rémunération.} Ali ‘Imrane 173 à  179

En comparant les énoncés nous pouvons voir sans difficulté  comment le Coran met le contexte des conséquences qui entourent en amont et en aval le verbe conjugué « avoir peur »  dont la traduction donne instinctivement l’expression « C’est Moi que vous devez redouter ».  Allah utilise le terme peur pour signifier qu’elle relève du domaine  psychologique et affectif et utilise d’autres termes pour signifier la gradation de la peur ainsi que son caractère visible ou non visible, émotionnel ou rationnel, subjectif ou objectif.

Ici Nous sommes dans un énoncé qui s’adresse au peuple de Jésus, peuple connu pour son intégrisme,  sa transgression et son agression, mais connu aussi pour avoir donné l’excellence de l’humanité en donnant des Prophètes et des Apôtres. D’ailleurs le terme Apôtres est décrit par le Coran sous le terme de « Rabbaniyoun » signifiant les adeptes de Dieu (Rabb),  les partisans de l’éthique de Dieu, les compagnons des Prophètes et ceux qui les suivent par la suite. Allah s’adresse aux Bani Israël sur le plan de l’émotionnel dont ils sont les experts en termes de manipulation tout en développant le sens rationnel pour l’ensemble de l’humanité qui se met à étudier le contenu et les conséquences de la loyauté ou de la perfidie envers l’Alliance qu’Allah propose à Ses Créatures humaines.

Le verbe  « Arhaba » donne  donc « Rohbane » traduit par  les Rabbins qui  ont suivi Jésus fils de Marie  (saws). Ils ont été nommés dans la langue arabe « Rohbane » par leur révérence envers Allah et par  la crainte dans leur adoration de ne pas être à la hauteur de leur vocation  dans un milieu qui leur était hostile. Ce verbe  donne « Rohbaniya » ou l’ascétisme spirituel du savant qui consacre sa vie à Allah fuyant les mondanités.  Il ne peut s’agir de terreur ou de terrorisme comme  la lutte antiterroriste a voulu qu’il soit pour imposer aux peules la peur et la servitude le temps de réaliser l’agenda du sionisme et de l’Empire dans le monde et tout particulièrement dans le monde musulman.

Ainsi les versets précédents signifient :

{O Descendants d’Israël ! Rappelez-vous Ma grâce dont Je vous ai gratifiés et soyez fidèles à Mon Alliance, afin que J’accomplisse ma Promesse; c’est Moi que vous devez redouter. Croyez en ce que J’ai révélé, corroborant ce qui est avec vous; ne soyez pas les premiers à y mécroire, et ne troquez pas Mes Signes contre un vil prix; c’est donc à Moi que vous devez prendre garde.} Al Baqara 40-41

  • 2 – Le second exemple se rapporte au  verset suivant :

ٱسْلُكْ يَدَكَ فِي جَيْبِكَ تَخْرُجْ بَيْضَآءَ مِنْ غَيْرِ سُوۤءٍ وَٱضْمُمْ إِلَيْكَ جَنَاحَكَ مِنَ ٱلرَّهْبِ فَذَانِكَ بُرْهَانَانِ مِن رَّبِّكَ إِلَىٰ فِرْعَوْنَ وَمَلَئِهِ إِنَّهُمْ كَانُواْ قَوْماً فَاسِقِينَ

{Passe ta main dans ton encolure, elle en sortira toute blanche, sans défaut, et resserre tes bras (contre ta poitrine) pour t’apaiser. Ce sont là deux preuves incontestables, de ton Dieu, pour Pharaon et son élite, car ils sont un peuple de pervertis.} Al Qassas 32.

Il est remarquable de voir qu’Allah lorsqu’il envoie Moïse à Pharaon utilise le terme Rahb signifiant encolure (le haut du vêtement près de la tête) et lui donne deux signes qui sont la main blanche et le bâton. La main symbolise la puissance et la force qui frappe et détruit l’ennemi ou l’opposant alors que le bâton représente l’autorité et le pouvoir. La force et le pouvoir de Pharaon sont représentés par le Cobra sur sa tête et le bâton dans sa main. Moïse va annoncer à Pharaon par sa main blanche signifiant la mort de sa force,  le serpent signifiant la mort de sa puissance et le bâton signifiant la fin de son autorité et la fin de son pouvoir en un mot la fin du règne de Pharaon.

Il est encore plus remarquable de voir qu’Allah ordonne à Moïse de s’adresser avec douceur et politesse respectant le rang de Pharaon alors qu’il est  l’être le plus détesté par Allah, car il s’est pris pour divinité et a mis en esclavages des hommes nés libres dont les ancêtres et les descendants sont porteurs des messages divins. Il est encore plus remarquable qu’Allah ne demande pas  à Moïse de terroriser d’emblée son ennemi.  Pourquoi Allah ferait exception et ordonnerait-il à Mohamed (saws) de terroriser les Arabes de la Mecque ? Pourquoi Rohb ici signifie avoir peur et chercher l’apaisement alors qu’ ailleurs il signifie terreur ?

Pour l’instant contentons-nous de remarquer le lien entre le terme rohb (la terreur qu’inspire Pharaon à Moïse d’autant plus que ce dernier avait tué un Égyptien avant de prendre la fuite,  l’apaisement du cœur et la  sécurité du corps, et les deux preuves incontestables qui sont les deux signes de la main blanche et du bâton de berger qui se transforme en serpent. Le lien est évident : il ne s’agit pas de terroriser Pharaon en le soumettant à un déluge de catastrophe, mais de le dissuader de demeurer dans  sa  dérive démiurge  et son oppression. Un autre lien est également évident : apaiser Moïse terrorisé à l’idée de rencontrer Pharaon. Pour vaincre sa peur,  Moïse va être renforcé par son frère et par l’accompagnement d’Allah qui lui manifeste son amour,  sa présence et son soutien. Celui qui connait le récit de Moïse dans le Coran, récit le plus long et le plus fréquent (130 évocations dans 34 sourates) va voir que tous les signes étaient destinés à la dissuasion et qu’ils annonçaient les conséquences funestes qui attendaient Pharaon s’il persistait dans son entêtement à transgresser les interdits et à agresser les faibles.

La confusion dans les significations tient à la lecture hâtive littéraliste  et non symbolique des orientalistes et des Arabes faisant partie de l’école orientaliste franco musulmane. Le texte coranique est d’une limpidité sans égale si on se donne le temps de le lire et de le comprendre sans préjugés ni démarches de tronquer ou d’amalgamer ses versets.

  • 3 – Le troisième exemple : le lexique coranique dans le traitement de la peur.

En rédigeant « Aimer : la voie coranique » j’ai naturellement cherché la haine, la vengeance ainsi que la sérénité et ce qui s’y oppose en l’occurrence la peur. Je n’ai pas épuisé lez sujet, mais je défie tout dictionnaire et tout psychologue de décrire les états rationnels et émotionnels de la peur, de sa gradation et des situations qui la génèrent. Il n’est pas nécessaire d’être un arabisant expert en linguistique, il suffit d’étudier le Coran et le laisser donner les définitions et les situations car il a la compétence non seulement de produire du sens, mais de livrer les liens qui permettent de construire le sens si on se donne le temps de prendre des notes et de l’aborder avec l’envie d’écouter la parole divine avec son cœur, sa raison et son âme. Voici sommairement le lexique coranique sur les 11 différents formes de peur :

La  peur générique :

  • Al Khawf ( الخوف ) la peur commune qui  est du domaine psychoaffectif.

La peur spécifique propre à 10 cas singuliers :

  • Al Khifa ( الخيفة  ) peur éprouvée avant le combat qui pousse à la vigilance et à la précaution
  • Al Faraq  ( الفرق)  peur qui incite à la fuite et à la rupture où l’être se sent porté par des ailes qui le pousse à déserter.
  • Al Khichia ( الخشية ) la peur qui évalue les conséquences d’un phénomène, d’une action, d’un châtiment annoncé ou d’une  catastrophe. C’est une peur qui suppose une mémoire et un  savoir ou une connaissance. Elle est du domaine de la raison.
  • At Taqwah ( التقوى ) le sentiment où se mélange la crainte et l’espoir et qui pousse à se retenir de commettre une faute. Elle est du domaine spirituel.
  • Al Ichfaq ( الإشفاق ) : la peur qui est visible sur le visage par le changement de couleur et qui incite à reculer ou a faire marche arrière.
  • Al Jaza’â ( الجزع  ) peur du cupide  qui convoite avec avidité et a peur de ne pas avoir davantage. C’est aussi la peur qui  fait perdre patience et se manifeste par  des plaintes ou des cris
  • Al Hala’â ( الهلع ) peur de  l’avare et de l’envieux partagés entre le désir de posséder  et la peur de perdre en donnant ou en prenant un risque.
  • Ar Rohb ( الرهب  ) peur qui fait redouter les conséquences, qui  rappelle le monothéisme et qui pousse à l’action immédiate. Elle  prend sa source dans la perception et la raison pour finir dans le cœur comme un sentiment indélébile.
  • Ar Ro’âb ( الرعب  ) peur avec effondrement  psychologique et parfois physique qui fige la personne ou lui fait perdre tous ses repères et toute sa détermination, et qui provoque la fuite et la dispersion des rangs d’une foule.
  • Al Faza’â ( الفزع ): la peur qui survient par effet de surprise après insouciance et quiétude

Allah (swt) fait varier les Signes (symboles, paraboles, mots, etc…) pour nous livrer en termes concis et précis la quintessence du savoir que le contenu en encre des Océans  mis en exposant 7 ne pourrait contenir. Chaque mot a une signification particulière. C’est le contexte particulier des versets et le contexte globale de la sourate qui vont faire émerger le sens. Si Allah a utiliser le terme Rohb c’est qu’il y a une explication qui n’est pas forcément celle de la lecture littéraliste. Le lecteur averti voit tout de suite que dans la traduction du Coran que dans les termes des journeaux ou des politiques dans le monde arabe il y a une fâcheuse confusion entre le Rohb et le Ro’âb. C’est ce dernier (Ar Ro’âb)  qui peut être assimiler à la terreur, à l’ace de terroriser. Ar Rohb qui est utilisé dans le verset vise à imposer le respect, l’attitude circonspecte, à redouter les conséquences…

  • 4 – Le quatrième  exemple est  le lexique arabe de l’encyclopédie  « Lissan al ‘Arab »

L’encyclopédie arabe  nous donne un cas significatif parmi la polysémie du verbe Rahaba :

الرَّهْبَـى: الناقةُ الـمَهْزُولةُ جِدّاً؛ والرَّهْبُ: كالرَّهْبَـى

La Rahba et le Rahbou: la chamelle et le chameau de grande stature et de caractère déterminé.

Ces camelins sont  destinés à procurer l’apaisement pour les chameliers qui les montent et les conduisent au combat  et à dissuader leurs adversaires s’ils montent des  chameaux et des chevaux plus petit. Ainsi la langue arabe donne un sens à :

العالي؛ الجَمَلُ وهو رَهْباً، رَكِبَ إِذا الرَّجُلُ أرْهَبَ

Arhaba signifie monter un chameau ou une chamelle de haute stature et  signifiant souvent se préparer à la guerre avec de grands moyens ou dissuader un adversaire qui se prépare à la guerre.

 ا طالَ كُمُّهُ.إِذا الرَّجُلُ أرْهَبَ

Arhaba signifie aussi porter de longues manches. Pour les Arabes, avant l’Islam, c’était un symbole ostentatoire  et ostensible. Il s’agit donc de se montrer et de se faire voir.

Lorsque le verset coranique dit « تُرْهِبُونَ بِهِ », il signifie : montrez-vous et n’ayez pas peur, ne vous dissimulez pas, préparez-vous contre l’agresseur et   montrer-lui vos préparatifs de guerre pour le dissuader de vous attaquer.

Si on utilise l’astuce des linguistes arabes qui consiste à deviner le sens d’un terme en permutant ses lettres, on part  des lettres RHB du verbe  Rahaba ( رهب ) pour obtenir les lettres HRB du  verbe  Haraba ( هرب ) qui signifie fuir. Le message à découvrir dans l’étendue de la polysémie est le suivant dans le contexte du verset :  faire fuir l’ennemi en lui faisant voir les conséquences de son acte inconsidéré. Il s’agit de l’amener non à avoir une peur par l’émotion, mais  à redouter par mais la raison et les faits tangibles qui s’offrent à son esprit logique  et à sa perception évidente .

Il ne s’agit donc pas de terroriser au sens terrifiant du terme, mais d’imposer le respect et la crainte en montrant les conséquences d’une aventure guerrière contre les Musulmans. Le Coran est précis dans ses termes il ne s’agit  pas de terrifier ou de faire peur par  le recours à la violence qui laisse des traces dans l’imagination et l’émotion, mais de montrer sur le plan rationnel et tangible la force et l’organisation de combat pour éviter la guerre. Le verset coranique est une pédagogie qui utilise la puissance de la métaphore et la répétition alternant un sens imagé et un sens décrit comme dans ce verset en particulier, et souvent le premier sens est explicité par le second et vice versa :

« préparez-leur forces et cavalerie » = Tourhiboun (mobilisez contre eux vos grands moyens)

La signification est « afin que vous soyez redoutés par » ou «  afin de dissuader »  l’ennemi d’Allah et  votre ennemi qui se prépare à vous agresser.

Lorsque je développe ce genre de discours sérieux et réaliste, il est évident que je deviens pour les uns  un « terroriste », et pour les autres un chameau. La vérité sémantique et historique est dans ce verset et tant que nous le transgressons nous seront agressés par les blasphémateurs et les prédateurs :

{Et préparez-leur tout ce que vous pouvez comme forces et cavalerie afin que vous soyez redoutés par l’ennemi d’Allah, votre ennemi, et d’autres encore que vous ne connaissez pas, mais Allah les Connaît.} Al Anfal 60

{Et mobilisez-leur tout ce que vous pouvez comme forces et cavalerie afin que vous dissuadiez l’ennemi d’Allah, votre ennemi, et d’autres encore que vous ne connaissez pas, mais Allah les Connaît.} Al Anfal 60

C’est en comprenant le sens de ce verset que les Arabes ont affronté avec leurs chevaux de petites tailles  les brigades d’éléphants de l’Empire perse. Après les premières défaites face aux éléphants qui terrorisaient leurs chevaux, les Musulmans ont modifié leur tactique de combat et ont triomphé de leurs ennemis qu’ils ont attaqués non pour transmettre l’Islam par la force de l’épée, mais pour prendre l’initiative contre une force puissante et redoutable qui les terrorisait et les menaçait dans leur territoire et dans leur existence intrinsèque.

S’il y a des doutes ou des contestations sur cette traduction et son sens nous devons trancher en revenant au contexte qui introduit ce verset ou qui lui apporte une conclusion. Dans notre cas il s’agit d’une introduction qui montre la conduite à tenir en cas de risque de transgression d’un pacte et cette conduite donne le sens explicite :

{Ceux d’entre eux avec qui tu conclus un pacte, puis chaque fois ils violent leur pacte et ils ne craignent point. Si tu les saisis à  la guerre, effarouche par eux ceux qui sont derrière eux, afin qu’ils se souviennent. Et si tu redoutes une trahison de quelques gens, rejette (le pacte) avec loyauté. Certes, Allah n’aime point les traîtres.} Al Anfal 56 à 58

Ces quatre exemples   renforcent mon argumentation  qui rejette la terreur et le terrorisme imputé à l’Islam et au Coran  comme il rejette l’islamophobie qui instrumentalise la violence après en avoir été l’instigatrice.

Pour corroborer notre argument nous nous référons au Coran qui dit juste après le verset précédent (Al Anffal 60) où le terme  » par lequel Tourhiboun ( ترهبون به  ) est citée :

{S’ils s’inclinent vers la paix, alors incline-toi aussi et fie-toi à Allah} Al Anfal 61

Le contexte du verset  montre qu’il est harmonie avec le sens du mot (irhab = dissuasion) car il s’agit de montrer sa force à des belligérants qui ont déjà essuyé une défaite à Badr alors que les Musulmans étaient peu nombreux et insuffisamment équipés. C’est la position du fort qui ne veut pas faire couler le sang.  Si les Musulmans n’ont pas compris la portée du message de leur Dieu et la miséricorde de leur Prophète qui n’a eu recours à la violence que pour repousser la violence armée ils ne pourront que générer de l’entropie et devenir la proie à l’islamophobie  et des écervelés qui suivent les appels à la haine et à la violence contre les Musulmans au lieu de diriger leurs armes, leur argent et leur réservoir humain vers le développement de leur force pour affronter l’Empire et le sionisme.

La paix au sens islamique n’est pas la pax romana de l’Empire ou celle du sionisme qui extermine et spolie car il ne peut y avoir de paix fondée sur la terreur et  l’injustice. L’Islam a rayonné sur le monde par sa vertu, sa justice et sa liberté. Le terme le plus approprié pour générer le respect et  la dissuasion n’est pas la terreur qui est post offensive, mais imposer son existence et sa capacité de résistance pour faire redouter la guerre et ses conséquences sur l’ennemi. Il ne s’agit pas de terroriser un innocent, mais de faire craindre les conséquences d’une agression à celui qui,  par son arrogance et sa supériorité militaire, est enclin  à lancer des offensives agressives.

Nous ne sommes pas dans une démarche violente gratuite de vengeance ou de terreur qui suppose meurtres, viols, incendies, ravages, ruines et tout ce qui génère de l’effroi et de l’épouvante. Faire peur est du domaine de l’émotionnel, mais faire redouter est du domaine du tangible et du rationnel (ce dont on redoute les conséquences). La langue  française n’a pas suffisamment de verbe et de substantifs pour exprimer tous les termes coraniques. C’est rendre mauvais service au Coran que se contenter d’une traduction formaliste littéraliste qui ne rend pas le sens exact.

Sur le plan sémantique, lexical  et contextuel, nous sommes dans un principe de dissuasion, de précaution, de prévention… Faire dire au Coran  autre chose c’est de la mauvaise foi,  de la désinformation, ou de la continuité de la  lutte idéologique  menée par les orientalistes qui ont traduit le Coran avec des préjugés contre l’Islam et parfois avec des visées caricaturales.

 E – L’effondrement psychologique dans le Coran : Ar Ro’âb (  الرعب  )

Dans quelle signification  le Coran  utilise le terme Ar Ro’âb ? Il l’utilise dans  quatre versets avec le sens d’effroi et non de terreur. Il ne s’agit pas de terreur  car la terreur relève de la perception de choses horribles et terrifiantes, mais il s’agit de l’effroi  qui prend le cœur et l’imagination et les pousse à perdre tous les repères dans la bataille et à se disperser en débandades, chacun cherchant son salut alors qu’il venait croyant  se remplir de gloire dans une troupe nombreuse et fortement éuipée. Il ne s’agit pas de la terreur qu’inspirent les Musulmans, mais il s’agit  d’une action émanant d’Allah dans le cœur des mécréants qui ont agressé le Prophètes (saws) et ses compagnons.  Les quatre versets  qui citent l’effroi (Ar Rohb) mettent Allah comme sujet et les cœurs des transgresseurs comme subissant l’action d’Allah : Ali ‘Imrane, 151 – Al Anfal, 12 – Al Ahzab, 26 – Al Hashr, 2

Citons à titre d’illustration les deux énoncés suivants :

 سَنُلْقِي فِي قُلُوبِ ٱلَّذِينَ كَفَرُواْ ٱلرُّعْبَ

{Et lorsque ton Dieu  a inspiré aux Anges : « Je suis avec vous, affermissez donc ceux qui sont devenus  croyants, Je déposerais  l’épouvante dans les cœurs de ceux qui sont devenus  mécréants. Frappez donc sur les cous, frappez-en chaque bout de doigt ». Cela en raison de ce qu’ils se sont opposés à Allah et à Son Messager. Et quiconque s’oppose à Allah et à Son Messager, Allah sûrement Punit sévèrement.} Al Anfal 12-13

 وَقَذَفَ فِي قُلُوبِهِمُ ٱلرُّعْبَ

{C’est Lui qui A Fait sortir ceux qui sont devenus  mécréants des gens du Livre, de leurs demeures, pour le début du rassemblement. Vous ne pensiez pas qu’ils sortiraient et eux pensèrent que leurs forteresses les préserveraient d’Allah, alors Allah les Surprit par où ils ne s’attendaient pas, et Il jeta l’effroi dans leurs cœurs. Ils détruisent leurs maisons par leurs propres mains et par les mains des croyants. Tirez-en un exemple, ô doués de clairvoyance […]  Cela en raison de ce qu’ils se sont opposés à Allah et à Son Messager; et quiconque s’oppose à Allah, Allah alors Punit sévèrement.}  Al Hashr 2 et 4

Toute  agression contre le Prophète (saws)  est une malédiction dans cette vie et dans l’au-delà.  Est ce que cette description est de la  la  terreur, de  l’épouvante ou de  l’effroi qu’Allah lance dans le cœur des agresseurs  les laissant  corps et âmes  à la merci des faibles et des opprimés qu’ils croyaient asservir, humilier ou vaincre en comptant sur le seul rapport des forces tangibles. C’est ce sentiment de perdition qui s’empare de l’agresseur  qui le rend vulnérable. C’est le cœur qui s’effondre et l’esprit qui se disperse face à la surprise pour laquelle il n’a aucune riposte car elle était imprévisible et imparable. Cet état la langue française le traduit par effroi (peur sous l’effet de la surprise).  Alors que la tererur  c’est « la peur collective qu’on fait régner dans une population, un groupe de personnes, dans le but de briser sa résistance »

Nous sommes dans un cas différent de la mise en œuvre de la doctrine américaine  « choc et effroi (Shock and Awe) », en Irak. L’armée américaine  a terrorisé  l’armée et la population irakienne par la stupeur  qu’a provoqué l’emploi abusif et massif d’une puissance de feu navale, terrestre et aérienne, poursuivi par des actes terroristes et humiliants pour  annihiler la volonté de résistance. C’est plutôt choc et terreur.

Autres maux en guise de conclusion

La lute idéologique quand elle est bien menée permet d’enjoliver les mots pour masquer l’horreur de la réalité. Les dominants du monde  mettent en œuvre des spécialistes et des laboratoires pour construire leurs mots, leur rhétorique et leurs images. Mais nous qui subissons nous nous laissons enfermer dans leur système de pensée en acceptant d’être des auxiliaires de servitude et dans le meilleurs des cas de mauvais servants et de mauvais symboles dans la défense de nos valeurs, de notre foi, de notre Livre.

 

 

 

Omar Mazri – LIBERATION-OPPRIMES.NET

http://liberation-opprimes.net/caricatures-et-lutte-ideologique/

Vous aimez cet Article? Diffusez-le!

12 Commentaires

  1. LALLA 30 septembre 2012 at 12:45

    salamwaleykom

    Dans cette guerre que vous appelez si bien psychologique et qui est plus dangereuse, plus sournoise, et plus perverse qu’un guerre ouverte, et bien la question de savoir quelle savoir quelle posture adopter s’impose et s’avère être cruciale.Et les intellectuels ont ce rôle à assumer, il faut pouvoir se mettre d’accord sur les grandes lignes.
    Si nous étudions l’histoire du communisme et si nous nous penchons sur la politique américaine durant la seconde guerre mondiale et sur la guerre froide (mac caarthysme), nous retrouverons les mêmes méthodes , les mêmes modes opératoires de diabolisation.
    En effet, la stratégie est toujours la même, à savoir de créer la peur de l’autre, qui est différent, qui n’a pas les mêmes valeurs, qui est présenté comme dangereux, auquel on enlèverai toute humanité et pour qui nous aurions aucune compassion si on venait à le tuer, à les maltraiter…
    c’est cela qu’il faut empêcher, à tous les niveaux..

    Le communisme vaincu, il reste l’éternel rempart que constitue l’islam et pour en venir à bout, de gros moyens de subversion ont été mis en place.
    Des guerres, des attentats accusant injustement les musulmans, un droit international bafoué, de grandes manipulations…
    Les moyens mis en en oeuvre uniquement pour étouffer la voix de l’Islam sont sans précédents, et dépasse l’imagination d’un être normalement constitué.
    Il faut être conscient de cela et résister à son niveau avec la clairvoyance qu’Allah sawt nous accorde.
    Il ne surtout pas mettre en péril cette clairvoyance (par les péchés bien sur), quitte à renoncer à un travail, un statut social…
    Cela nous amène à revenir à l’étude du comportement des sahabas, car nous vivons les mêmes périls qu’au début de l’Islam, soubhanallah,

    • Omar MAZRI 30 septembre 2012 at 15:29

      @ Lalla
      Baraka Allah Fik pour cette excellente contribution.
      Vous avez donné quelques pistes qui rejoignent les miennes, mais que les « intellectuels de service », obstruent par de la diversion.
      En synthèse il faut revoir d’une manière coordonnée les 5 points suivants :

      1 – Le retour à l’Islam qui passe par un retour au Coran. Mieux et plus le Coran est compris moins nous devenons vulnérable dans notre façon de penser et mieux nous devenons autonomes par rapport aux rentiers de la politique, de la religion et de l’économie. Le Coran est le creuset de la foi, mais aussi de la production des idées et de la grille de lecture du monde.

      2 – L’étude systématique de la biographie du Prophète (saws) et des récits coraniques sur les Prophètes (saws) : il y a un enseignement idéologique, psychologique, spirituel, social et civilisationnel pour ceux qui sont doués de raison et de capacité de tirer les ‘Ibra (de ‘oubour : passerelle d’une vérité vers une autre qui semblait cachée ou inaccessible)

      3 – Dévoiler l’Islamophobie dans ce qu’elle a de dangereux dans le nouvel ordre mondial dominé par l’Empire et le sionisme. J’ai écris un livre et tenu des conférences sur ce sujet, mais il est difficile de montrer la réalité et de faire de la prospective à des gens habitués au sensationnel et aux stars médiatisées. Il faut communiquer sur ce sujet. J’ai mis dans ce site une fiche synoptique par laquelle j’ai rédigé mon livre, elle sert comme trame et comme réseau de relation des machinations psychologiques, idéologiques, religieuses, médiatiques et militaires. Il faudrait la diffuser vers un plus grand nombre. La fonction de l’intellectuel est de donner des outils, mais le changement réel vient de chacun de nous.

      4 – Dévoiler l’Empire dans sa structure de pensée et dans ses axes de dominations afin de montrer les dangers qui nous guettent et nous en prémunir en le dévoilant, en ne tombant pas dans ses pièges et surtout en restant réalistes et concentrés sur l’essentiel. Les luttes de clan, les luttes fratricides, l’esprit partisan nous affaiblit. Je vais tenter de refaire le schéma du livre « le Dilemme arabe et les 10 commandements US » car j’ai perdu mes documents.

      5 – La communauté doit faire de la politique sans entrer dans le moule partisan. La politique c’est s’occuper de l’intérêt général pour le bien être général par des moyens pacifiques, efficaces et impliquant le maximum de personnes. Nos priorités, ici ou ailleurs, est de faire émerger de cette communauté une capacité à produire ses idées, ses élites, son argent et à s’impliquer dans l’économique, l’éducationnel et l’informationnel en qualité de producteurs et de communicateurs. Nous sommes musulmans, la culture du devoir prime sur celle des droits comme le souligne notre Prophète (saws) : « Accomplit ton devoir envers les gens et attends ta récompense de ton Dieu ». Mon travail dans ce cadre vise à montrer les illusions poursuivies par l’utopie d’un état islamique ou d’un khalifat dans les conditions sociales, idéologiques et économiques actuelles. Le Coran nous a donné un instrument d’analyse et une visée, en plus de celle de désirer le Paradis et redouter l’Enfer, qui consiste au Tamkine Dine Allah sur Terre (la territorialisation de l’Islam) qui passe part la territorialisation de la communauté musulmane. C’est un concept puissant, mais qui exige un travail de longue haleine, un travail de prophète et non une gesticulation de parti politique ou une confrontation avec les gouvernants despotes qui non seulement ne crée pas les conditions favorables, mais décapite les cadres et rend stériles les efforts antérieurs. Le cas de l’Algérie est le plus flagrant.

      La communauté musulmane en Algérie doit se libérer des schémas de la démocratie occidentale et s’organiser en peuple citoyen, à travers des assemblées citoyennes qui ouvrent le débat public au niveau des quartiers sur les conditions élémentaires de vie, de salubrité, de sécurité, d’éducation et l’expérience aidant les citoyens s’organisent en se fédérant sans esprit partisan, sans esprit de classe sur le pricipe islamique de la fraternisation qui passe non par des sermons enflammés mais la solidarité quotidienne et l’entraide mutuelle dans le crédit, dans la maladie, dans le travail, dans la gestion des affaires publiques. Je reviendrais inchaallah sur cet aspect.

      En ce qui me concerne je n’ai pas d’ambition personnelle autre que servir Allah et ma communauté. Agissons ensemble selon le principe simple : « Aidez-moi à vous aider »

      Jazakoum Allah Khayran

  2. Benkihal brahim 30 septembre 2012 at 13:52

    Que Allah Le Tout Puissant puisse nous guider sur sa bonne voie!

    • Omar MAZRI 30 septembre 2012 at 15:32

      @ Brahim
      Salamou Allah sur toi
      Merci de ta contribution et je dis Amin pour ton invocation. Nous en avons grand besoin

  3. Samir 30 septembre 2012 at 13:53

    Salam ostadi el Karim,
    vous avez réussie a réactiver des neurones qui étaient en hibernation ou mal
    connecter entre elles ! j’ai remis en cause, depuis hier, des khotab, discussions, articles et vidéos !

    • Omar MAZRI 30 septembre 2012 at 15:38

      @ Samir
      Salam, mon frère !

      J’implore Allah de bénir à nous tous les efforts que nous déployons et qui restent en deçà de ce que la situation exige. Il y a quelqu’un qui m’a montré son abonnement à Youtube pour recevoir les sermons d’un imam fort célèbre à Alger. Jamais je n’aurais pensé que l’Algérie puisse un jour enfanter un tel niveau de ridicule. L’imam utilise le minbar du Prophète (saws) pour faire rigoler l’assistance en se moquant du peuple algérien et des comportements débiles. C’est hallucinant. Le comble c’est qu’il rempli la mosquée et ses vidéos s’arrachent comme les petits pains lors des pénuries de farine en Algérie.

  4. Samir 30 septembre 2012 at 16:14

    Effectivement, je sais de qui vous parlez, je ne sais pas qui a dit  »heureusement que le ridicule ne tue pas sinon il aurai eu beaucoup de morts ! » le plus dangereux c’est qu’il fait des morts-vivants. Oui ostad la nouvelle création de ElnahharTV un imam humoriste !

    • Omar MAZRI 30 septembre 2012 at 17:08

      @ Samir,
      Oui ! l’annulation du processus électoral a permis à Abou Faracha sid Ahmed de remettre en selle les confréries maraboutiques à l’image de celles cultivées par le colonialisme. Boutef a finit le travail puisqu’il est considéré comme le chef « spirituel » des confréries de l’Afrique du Nord et de l’Afrique subsaharienne. L’opération est plus complexe et plus étendue dans le temps et dans l’espace que l’action politique. Le plan sioniste est de frapper l’Islam par les islams. Louage à Allah qui a préservé son Dine. Ce n’est pas à nous de défendre ce Dine, mais à nous d’être défendus par ce Dine en le suivant dans la limite de nos compréhension et de nos moyens « Ataqou Allaha ma astataghtoum ».

  5. Samir 30 septembre 2012 at 20:06

    Chokran Lalla,
    Effectivement, la guerre psychologique est plus dangereuse par sa nature invisible. Il n y a que les esprits éveillés qui peuvent faire face. nous ne pouvons en faire, développer un esprit éveillé sans la compréhension du premier mot : Ikra (lire) la clef pour faire ce retour avec les cinq points capitaux que vous avez si bien expliquer ci-dessus. Ma femme me reprochait toujours le temps excessif que je passait en lisant et depuis que je lui fait des résumés de ce que je lis et des fois j’interrompe volontairement ma lecture pour ouvrir une discussion, ma femme maintenant elle me demande de lui lire ! c’est contagieux ! impliquer sa petite famille, ses voisins, son quartier .. à ce retour vers l’Islam par le savoir. Avec la mondialisation de l’information et de ses outils, il faut utiliser tous les moyens possible pour tirer le maximum de profits, votre article monsieur Mazri, a touché en quelques minutes trois personnes dans des continents différents ! non seulement il faut lire mais partager
     »بلـّغوا عني ولو آية »
    (Transmettez de moi, même un verset) très simple comme démarche, à la porter de tout le monde, une démarche qui implique une interaction avec autrui et d’une ampleur universelle profonde, les logiciels open source se son basé sur ce principe très simple.
    Nous avons un héritage civilisationnel à étudier mais ça prend des centres de recherche, une autre forme d’intelligence, une intelligence collective. L’échec de cette Ouma est un échec de ses savants à la base, nous avons ignoré, par ignorance, des sciences importantes comme la psychologie, la sociologie, philosophie , histoire.. des armes qui font d’une société ce qu’elle est. Une société qui ne réussie pas dans ces sciences ne peut pas réussir dans les sciences dites scientifiques !
    Merci à vous deux pour cette échange, cette ni3ma.

  6. tectonica 1 octobre 2012 at 12:24

    Salem
    merci pour ce travail courageux qu’Allah vous aide et vous guide dans le droit chemin.
    1-
    J’aimerai des clarifications SVP sur le 4 – La signification du rapport Musulman et reste du monde.
    Le verset que vous mentionné ne m’explique pas grand chose sur le titre (point 4). Je ne c’est pas comment comprendre la relation entre les deux [titre (4) et le verset Al Mumtahana 8-9].
    On cherchant dans le تفسير كثير بن concernant ce verset Al Mumtahana 8-9. les explications donnée, concerne un groupe réduit de femmes et faibles,…et non pas la totalité des non croyants et il cite aussi Sourate AL MAEDA /51 (5.51). cette sourate est souvent utilisé par les savants pour démontré que le muslim doit pas vivre dans un payé non muslim, merci de nous éclairer la dessus.
    selon bni Kathir:

    وقوله : ( إنما ينهاكم الله عن الذين قاتلوكم في الدين وأخرجوكم من دياركم وظاهروا على إخراجكم أن تولوهم ) أي : إنما ينهاكم عن موالاة هؤلاء الذين ناصبوكم العداوة ، فقاتلوكم وأخرجوكم ، وعاونوا على إخراجكم ، ينهاكم الله عن موالاتهم ويأمركم بمعاداتهم . ثم أكد الوعيد على موالاتهم فقال : ( ومن يتولهم فأولئك هم الظالمون ) كقوله ( يا أيها الذين آمنوا لا تتخذوا اليهود والنصارى أولياء بعضهم أولياء بعض ومن يتولهم منكم فإنه منهم إن الله لا يهدي القوم الظالمين ) [ المائدة : 51 ] .

    sources:
    تفسير القرآن تفسير ابن كثير tafsir bnou katir Page 91
    http://www.islamweb.net/newlibrary/display_book.php?bk_no=49&ID=1900&idfrom=1839&idto=1844&bookid=49&startno=2

    2-
    2 – Au sujet de la liberté de culte.
    sourate Younes 99 et non pas 89.
    merci pour vous efforts on apprend beaucoup on vous lisons.

    • Omar MAZRI 1 octobre 2012 at 15:26

      @ Tectonika
      Baraka Allah fik et merci de votre contribution.

      Avant de vous répondre je dois avouer que je ne suis ni docteur en théologie ni un savant. J’ai investi ce créneau car Allah m’a fait grâce d’un modeste savoir que je mets à contribution pour combler quelques lacunes, inchaallah, dans le domaine de la prédication, en restant conforme à ma personnalité et à mon expérience.

      Je dois vous avouer que lorsque j’étais plus jeune je me référais aux livres des exégètes pour comprendre le sens du Coran. Sans prétention ni mensonge, je dois avouer que je restais sur ma faim et surtout perplexe devant les divergences entre les Savants. Plus je me perfectionnais, plus je voyais l’esprit partisan des Madhahab prendre le pas sur la quête de la vérité. Lorsque des savants sont divergents que faire, que dire, quoi comprendre? Je donne un exemple simple mais redoutable : la Basmallah. Il y a une divergence sur la Basmallah de la Fatiha à faire douter de la foi celui qui se lance dans la connaissance du Coran ou de l’Islam en cherchant l’information ou la culture islamique dans les Tafasir. Faites l’essai. Allah m’a guidé, Al Hamdoulillah;

      j’ai compris que le Coran auto explique le Coran car Allah l’a rendu explicite et facile pour les méditants sincères. C’est un travail à entreprendre sans complexe même si on ne maitrise pas la langue arabe. Allah (swt) te parle et c’est Lui qui va te guider au sens que ta sincérité mérite et que ta capacité supporte. C’est un contrayt entre toi et Lui.

      J’ai étudié un hadith qui m’a éclairé pour surmonter les divergences, d’autant plus que je refuse la divergence dans la communauté et que je refuse l’esprit partisan qui crée la divergence. Je donne la traduction du sens de ce hadith sublime  » La bonne foi (ou le bien) est ce qui procure du bien en ton for intérieur et ne laisse pas place au doute (confusion), mais la mauvaise foi (le mal) est ce procure une gêne en ton for intérieur et laisse place au doute (confusion), alors délaisse le douteux pour le non douteux et ce même si les gens te font une Fatwa »

      Armé de ces deux méthodes je lis le Coran et je le laisse me dire son sens bien entendu en tenant compte de l’esprit général du message coranique qui guide pour donner la cohérence et la complémentarité. S’il y a contradiction entre des mots ou des versets, c’est que ma lecture est fausse. Je traduis pour simplifier le terme Ayat par verset, mais j’ai un livre où je refuse cette traduction car elle s’appuie sur les textes judéo-chrétiens. Allah a utilisé le terme Ayat signifiant le Signe. La vocation du signe est de signifier un sens évident ou d’indiquer un autre Signe qui donne une connaissance jusqu’à avoir une connaissance élaborée et significative : la signification dans le Coran c’est le monothéisme tel que défini par Allah et ses relations avec le reste de l’humanité ainsi que son rapport à l’existence ici-bas et à l’existence dans l’au delà.

      Ma démarche affichée je réponds à ta question sur le titre 4 et le sens du verset 8 à 9 de la sourate al Moumtahana : Je respecte Ibn Kathir et je n’ai pas la prétention de lui apporter la détraction, mais le contenu des ayats et leur réseaux de sens avec l’esprit du Coran est dit dans ces versets : nous n’avons de problème qui exige le recours à la guerre avec personne sauf contre ceux qui nous agresse. Cela ne veut pas dire qu’on les aime ou qu’on approuve leur mécréance. Nous devons leur montrer la vérité, s’ils se détournent et ne nous agressent pas nous devons revenir à la parole d’Allah qui dit que notre Dieu a crée des communautés différentes pour une Hikma que nous pouvons comprendre ou non.

      Par ailleurs nous savons que la tribu chrétienne de Najrane a refusé d’embrasser l’Islam malgré qu’elle a été démasqué par la moubahala que le Prophète leur a demandé  » chacun réunit sa famille et invoque la malédiction sur lui et sa famille s’il est menteur « . Est ce nous allons faire de la surenchère sur la Parole d’Allah et sur l’attitude de notre Prophète? Non !

      Est-ce que l’idolâtrie des « gens du Livre » est pire ou celle des athées et des païens? Ces derniers ne croient pas du tout et ils restent des cours à conquérir. Les Juifs et les Chrétiens sont pire que les autres car ils se sont égarés alors qu’ils sont détenteurs d’une science, d’une révélation et de Prophètes. Ce qu’ils disent sur Allah (swt) et Mohamed (saws) fait effondre les montagnes. Ce n’est pas moi que le dit, c’est le Coran qui le dit. Lors de la bataille entre les Perses et les Byzantins (voir sourate ar roum) les Musulmans ont supporté les chrétiens : ils étaient proches mais surtout ils étaient considérés plus faciles à embrasser l’Islam que les Perses. L’histoire et le Coran montrent qu’ils sont les pires adversaires de l’Islam. Les perses en embrassant l’Islam l’ont amené en Afghanistan et jusqu’en Russie et en Chine, ils ont donné Sibaweyh le premier linguiste arabe et ils ont porté très haut le savoir religieux et scientifique de l’Islam.

      Lorsque la civilisation musulmane est forte avec un pouvoir fort et une société pleine de vitalité elle entretient des relations sans complexes avec les autres car elle est respectée. Lorsque les Musulmans sont faibles ils prennent peur des autres et vivent dans le repli croyant qu’il leur faut déclarer la guerre à tout le monde pour ne pas à avoir la charge de déclarer la guerre à leur ignorance, à leur laxisme. Je prends un exemple celui d’Ibn Rawandi un zendiq qui a vécu duy temps de Haroun Rachid. Ibn Rawand insultait le Coran et le Prophète et il avait des armes redoutables puisqu’il était philosophe et poète. Comme il n’a jamais dit qu’il était musulman le hokm de l’apostat n’ a pas été appliqué contre lui. Il a finit suicidé après une période de folie où il se croyait prophète (si mes souvenirs sont bons).

      C’est un long et passionnant débat que je ne peux pas mener sur un post. J’ai répondu sur la question. Ma réponse n’est pas vérité absolue. C’est ma lecture du Coran qui essaye de garder la globalité et la cohérence. J’implore Allah de nous guider tous sur sa bonne direction. Mon article a cité un verset qui répond mieux que moi :

      {Si ton Dieu voulait, tous ceux qui sont sur la terre, dans leur totalité, seraient devenus croyants. Est-ce toi alors qui vas forcer les hommes à être croyants ? Et il n’appartient à nul être de croire sauf par la Volonté d’Allah} Younes 89

      Pour être plus clair et plus transparent je suis de ceux qui réfutent les inepties de l’abrogeant et de l’abrogé dans le Coran comme si Allah (swt) avait écrit un brouillon ou comme si son savoir n’est pas en même tems connaissance des conséquences et qu’il aurait besoin d’expérimenter puis d’ajuster. Ce n’est pas moi qui le dit, mais les savants et les Moufassirines. Et pourtant quand on reprend le sens des versets et leur contexte un homme comme moi qui a peu de savoir comprend vite et définitivement que les abrogés sont la Torah et l’Évangile et que l’abrogeant est le Coran pour la simple raison qu’Allah a un seul livre qui annule et remplace les précédents dont l’authentique est corroboré alors que le falsifié est effacé.

      En ce qui concerne ta question sur la résidence en terres non musulmanes. Il faut juste préciser que contrairement à ce que prétendent les islamophobes, la présence musulmane en France remonte à l’époque médiévale. La première école française de médecine, celle de Montpellier, est né grâce à la présence musulmane dans la région de Toulouse et de Narbonne qui ont été les portes d’entrée du savoir musulman venant d’Espagne.

      Si les Musulmans étaient restés chez eux il n’y aurait jamais eu l’islamisation du monde. Elle ne s’est pas faite par l’épée, mais par le commerce et le savoir. Le cas typique est celui de l’Inde.

      Aboû-Qoubayl rapporte : « Nous nous trouvions chez ‘Abdoullah b. ‘Amr b. al-’Âs. On lui demanda laquelle de Rome ou de Constantinople sera conquise en premier par les musulmans. Il envoya alors chercher un coffre d’où il sortit un document. Il dit : tandis que nous étions assis autour de l’Envoyé de Dieu () pour mettre le Coran par écrit, on l’interrogea sur laquelle de Rome ou de Constantinople sera conquise en premier. Le Prophète () répondit : « Ce sera d’abord la ville d’Héraclius », c’est-à-dire Constantinople. » (’Ahmad) Ainsi, lorsqu’il fut interrogé sur la conquête de ces deux villes (sachant que Rome est la capitale de l’Italie), le Prophète () n’a pas rejeté la conquête de Rome, mais il s’est contenté de dire que Constantinople sera conquise en premier. Cela indique que Rome le sera également par la suite.

      • Omar MAZRI 1 octobre 2012 at 15:42

        @ Techtonika (suite)

        Les savants et les prédicateurs s’empressent de donner une explication qui sied à leur opinion : Rome sera conquise par le Jihad après le retour du Khalifat. Qui a dit que le jihad pour la cause de Dieu est la conquête de nouveaux territoires comme si l’Islam est impérialiste? Pourquoi Rome, Paris et Washington ne deviendraient pas musulmanes par le rayonnement spirituel et civilisationnel de l’Islam. Pourquoi le renouveau de l’Islam ne viendrait pas de l’Occident. Allah décide où et quand Il dépose sa miséricorde.

        Je vous livre ma position sur la Hijra vers les terres d’Islam et la vie en Occident sans complaisance ni fuite en avant : je reprends les idées que j’ai développé dans un de mes livres :

        1 – Sur la Hijra. Je peux me tromper, mais le sens de la Hijra chez le Prophète n’a pas un sens territorial strict. La Hijra est de déserter les péchés et le mal. Est-ce que le monde musulman actuel n’est pas rempli de mal et de péchés. La prostitution, la drogue, la corruption et l’injustice y règnent en maitre de maison. Il faut faire un choix difficile. Qu’est ce qui est le plus supportable : supporter le péché commis par des Kuffars dans leur territoire ou le supporter dans les terres d’Islam où règne la turpitude au sein des musulmans.

        2 – La notion de Dar al harb et dar salm remonte à Ibn Taymiya face aux mongols. Le Coran utilise la notion de Tamkine Dine Allah fil Ardh : l’implantation du Dine sur la terre d’Allah. Cette implantation et cette consolidation du pouvoir sur le territoire, Allah l’a réservé aux patients, aux endurants et aux pieux. Le Tamkine vise à instaurer le monothéisme et tout particulièrement la Salât et la Zakat.

        Les premiers musulmans ont conquis le monde asiatique (inde, chine,Russie et Afghanistan) en y allant et en s’y installant comme commerçant et en faisant de la prédication davantage par leurs comportements vertueux que par le discours et les sermons moralisateurs. Ils étaient des modèles de vertu. Ainsi ils ont institué le but du Tamkine et du témoignage. La question est posée pour ceux qui vivent en Occident : pourquoi y vivre ? Pour des plaisirs mondains ? Si c’est le cas alors ici ou la-bas la vie pour Allah reste {La vie terrestre n’est que amusement et distraction}. Si par contre vivre et monter un projet pour que la parole d’Allah soit la plus haute alors peut importe le lieu si tu trouves la paix dans l’âme et les moyens d’agir. La question va donc se poser en termes de moyens d’action licites ou illicites ainsi qu’en opportunités d’affaires et de travail. La solution est vraiment difficile car dans le monde musulman, pour l’instant, les moyens licites sont moindres car il y comme en France le Riba, mais en plus la corruption et la bureaucratie, par contre à long terme l’avenir est dans des pays comme l’ Algérie car c’est un pays jeune qui a des ressources et des gisements de métiers.

        3 – Sur le plan de l’avenir de vie et de métier je pense que l’Algérie est un bon choix. Sur le plan idéologique par contre il ne faut pas tomber dans le piège de certains salafis qui préconisent le retour comme une Hijra obligatoire alors qu’eux mêmes ne le font pas. Il faut se poser la question qui a intérêt à voir les Musulmans quitter la France? Dans trois de mes livres j’ai pointé le doigt sur le sionisme qui veut garder la France sous son emprise. Le Front national ainsi que les nostalgiques de l’Algérie française ont toujours l’esprit guerrier et voient dans la présence des Algériens un bras du FLN qui peut faire mal à la France si le gouvernement algérien se mettait à activer de nouveau ses réseaux en France. Les islamophobes et les va-t-en guerre contre les monde musulman sont gênés par la présences des Musulmans en Europe, même si pour l’instant leur présence est surtout alimentaire.

        Par le voile ils ont exclu la jeune musulmane de la sphère publique et de l’école car la femme musulmane vertueuse, instruite et active est un vecteur de prédication, un modèle de vertu, une famille qui s’oppose à la politique sioniste d’éclatement des familles.

        Voila fraternellement et sincèrement ce que je pouvais dire sur ce sujet. Je n’ai ni la compétence ni l’habilitation à promulguer des Fatwas, je suis attaché au hadith du Prophète (saws) qui dit que ton cœur est celui qui te donne la meilleure Fatwa car personne mieux que toi ne peut savoir ce qui va te faire du bien ou te faire du tort.

Vos réactions