Islam  : Libération des opprimés

La déplorable et abominable éviction de Dilma Rousseff

La déplorable et abominable éviction de Dilma Rousseff
Print pagePDF pageEmail page

Lorsqu’on voit les stars de la communication-système afficher leurs réjouissances devant le visage défait et les yeux en larmes de Dilma Rousseff quittant le palais présidentiel on doit chercher à trouver la vérité pour se résigner et ne pas devenir obscène.

La vérité est amère et cruelle, mais elle devient sérénité lorsqu’elle est vue dans la réalité du monde tel qu’il est. En réalité il n’y a pas de corruption, car Dilma Rousseff n’a détourné ni deniers publics ni spolié des terres ni abusé de privilèges comme cela est la tradition dans les pays arabes. Elle est une grande militante progressiste à l’instar des grandes figures latino-américaine telles Fidel Castro, Hugo Chavez, Evo Morales et Daniel Ortega. Ces figures n’ont rien à voir avec les bureaucrates du progressisme européen ni avec les manipulateurs du socialisme français, elles sont l’émanation des masses laborieuses et des couches populaires qu’elles ont servies avec dévouement et ténacité au péril de leur vie et de leur crédibilité. Comme un chien accusé de rage pour avoir le droit de le noyer, Dilma Rousseff est accusée de corruption. La corruption dont elle est accusée est en réalité une manipulation des chiffres pour masquer le déficit budgétaire et contenir la crise sociale et économique.

Cette fausse réalité sur la pseudo corruption cache la vérité, celle des alliances diaboliques de l’Empire et du sionisme. Le premier reproche à Dilma Rousseff est son émancipation de l’hégémonie américaine fortement engagée par son prédécesseur et mentor Da Silva. Il lui reproche aussi le dynamisme joué par les BRICS dans l’émergence d’un bloc politico-énonomique  plus ouvert à la Russie et mettant en péril l’hyperpuissance américaine. Le second lui reproche le soutien ferme et non négociable à la cause palestinienne avec des positions hautement courageuses contre l’État israélien: le refus de l’occupation puis le refus de Dani Dayan comme ambassadeur au Brésil en aout 2015. Alors que les Béni Bédouins officialisent leur reconnaissance de l’entité sioniste, les actuels Béni Barzal (arabo-juifs portugais fondateurs du Brésil) dont Dilma Rousseff refusent d’officialiser la nomination de Dani Dayan à cause de ses postes de direction au sein du Conseil Yesha, comité représentant les colonies israéliennes en Cisjordanie.

Dans le rapport des forces mondiales, le départ de Dilma Rousseff est au profit de l’Empire et de ses visées prédatrices et destructrices. Il est dommage que les dirigeants les plus honnêtes et les plus engagés, notamment ceux d’Amérique latine que nous avons évoqués, puissent commettre des fautes politiques en reconduisant des pratiques qui ne siéent pas à leur combat dans l’ordre actuel du monde comme dans le cas de Dilma la manipulation des comptes de L’État. Ces fautes sont exploitées sans pitié par l’Empire qui va empoisonner davantage  la vie de dizaine de millions de gens et introduire les dislocations dans les mentalités, les économies et les sociétés. Les Arabes recommandaient de « ne jamais donner de pierre à son voisin lorsqu’on habite une maison de verre ».

Bien entendu le débat entre partisans d’un coup d’état constitutionnel et d’un respect intégral du vote populaire est ouvert si on fait abstraction des fractures,  des troubles  et des crises qui ne vont pas épargner le Brésil dont la forfaiture ou  l’ambition et l’irresponsabilité  de son vice-président et de sa classe politique ne vont qu’exacerber.  Au delà des considérations politiques, philosophiques et géostratégiques la question morale et humaine est lancinante : peut-on confier aux politiciens ce qui relève de l’éthique, du droit et de la justice ici en l’occurrence la corruption. La véritable démocratie à venir est celle qui soustraira le Juge des autres pouvoirs. Comment avoir une justice au dessus de la politique si le magistrat suprême n’est pas nommé par le peuple ou du moins par ses pairs. Dans ce dernier cas comment valider et reconnaître le grand juge ou la haute magistrature indépendante lorsque les magistrats sont corrompus et  de vils servants des flics et des pouvoirs politiques et économiques. Nous ne pouvons pas réaliser de grands projets d’émancipation de l’impérialisme et du capitalisme si nous restons otage de ses modèles institutionnels et de ses principes.

C’est dans les moments difficiles que la vérité et la réalité doivent s’imposer contre l’esprit partisan pour que notre esprit ne devienne pas otage des manipulations cyniques.

La déplorable et abominable éviction de Dilma Rousseff Click To Tweet

Omar MAZRI

Source : La déplorable et abominable éviction de Dilma Rousseff

Vous aimez cet Article? Diffusez-le!

2 Commentaires

  1. BMS 13 mai 2016 at 09:35

    J’ai de la peine pour cette dame et pour le Brésil. Je partage entièrement son analyse en affirmant que c’est la démocratie brésilienne qui est mise à mal par cette procédure. Un soutien populaire lui est nécessaire. Le sénateurs qui ont voté la procédure ne sont pas à la hauteur. Ils doivent en payer le prix politique un jour ou l’autre. C’est honteux ce qu’ils ont fait. Ce dont on lui reproche, le maquillage des comptes, est une procédure déjà utilisée par d’autres. Elle ne mérite pas d’être exploitée pour une procédure de destitution. Ce n’est pas de la corruption. C’est une lecture de la situation.

  2. ASASAJAFM 14 mai 2016 at 11:20

    Je vous cite: « Alors que les Béni Bédouins officialisent leur reconnaissance de l’entité sioniste, les actuels Béni Barzal (arabo-juifs portugais fondateurs du Brésil) », vous avez oublié les guillemets au qualificatif « portugais », comme vous le savez avant d’être « portugais » ces gens là étaient « espagnols » et avant d’être « espagnols » ils étaient originaires de tout le bassin méditérranéen.

    Pour le reste je suis d’accord avec vous.
    Très bon article.

Vos réactions