Islam  : Libération des opprimés

L’Accord avec l’Iran

L’Accord avec l’Iran
Print pagePDF pageEmail page

Analyse magistrale et lucide de DeDefensa sur les suites de l’accord.

L’optimisme est de plus en plus en vogue à Genève, où se succèdent les “derniers jours, les “dernières heures” avant un accord possible sur la question nucléaire iranienne, entre l’Iran et le bloc BAO + la Russie et la Chine (soit les P5+1). Les Russes, particulièrement, sont optimistes, et Lavrov le montre d’une façon ostensible, – et Lavrov n’a pas l’habitude de se montrer irresponsable dans cette sorte de matière, son optimisme est donc une indication très sérieuse. (Voir RT, le 1er avril 2015.) Cela nous autorise à envisager d’ores et déjà la situation si un tel accord est signé, essentiellement pour ce qui importe, savoir les relations de l’Iran avec les uns et les autres dans le nouveau cadre relationnel qui serait ainsi établi ; c’est-à-dire les nouvelles relations avec le bloc BAO, mais essentiellement avec les USA, d’une part ; les nouvelles relations avec la Russie et la Chine (deux des membres du groupe P5+1) d’autre part.

On sait que, pour Obama, un accord avec l’Iran serait un triomphe de politique extérieure ; c’est-à-dire son seul succès de politique étrangère significatif au milieu d’un champ de catastrophe, et alors prestement transformé en triomphe pour faire bon poids, et cela par la grâce du système de la communication. Cette sorte de montage nous invite à écarter les hyperboles courantes, pour mieux tenter de préciser ce que serait la nouvelle vérité de situation ainsi créée ; cela, d’autant plus que l’opposition républicaine à l’accord ne désarme absolument pas, comme le montre la dernière sortie de John McCain, dans une intervention au Sénat, où il a plaidé indirectement, tout de même à mots couverts, pour l’idée qu’Israël devrait se conduire en rogue state (État-voyou) pour saboter l’accord, c’est-à-dire, si l’on comprend bien sa pensée, jusqu’à monter une attaque contre l’Iran qui bouleverserait toutes les données et ferait dérailler l’accord, même après sa signature. (Voir Sputnik.News le 31 mars 2015 : “Les Israéliens devraient suivre leur propre politique de résistance [à l’accord]… Ils devraient ‘se conduire en voyou’. Espérons que leurs avertissements [de riposte brutale en cas d’accord] ne sont pas du bluff…”).

Tout cela implique qu’en cas d’accord, les relations entre les USA et l’Iran ne seront pas fondamentalement modifiées. Les conditions même de l’accord, les pressions exercées par l’administration Obama pour faire passer l’idée d’un accord, etc., militent dans ce sens. Cela conduit les époux Leverett, spécialistes des questions iraniennes, à considérer qu’un accord avec l’Iran ne résoudrait rien de fondamental dans les relations des USA avec l’Iran, qu’il serait en un sens le contraire de ce véritable triomphe de politique extérieure que fut le voyage de Nixon à Pékin en 1972, qui constitua un formidable changement dans les relations internationales. Ce ne serait en rien un “formidable changement“ dans les relations USA-Iran, mais plutôt la poursuite de la chute sans fin de la puissance US … On peut lire la chronique des Leverett sur leur site GoingToTeheran.com, le 28 mars 2015

«Stakes in the nuclear talks between Iran and the P5+1 couldn’t be higher for the countries involved—especially for the United States. After nearly a decade and a half of disastrously self-damaging wars, “counter-terrorism campaigns,” and military occupations in the Middle East, the dysfunction and incoherence of U.S. policy is now on full display, from Iraq to Libya, Syria, and now Yemen. To recover, Washington must accept on-the-ground realities: U.S. efforts to dominate the region have failed and the Islamic Republic of Iran is now a rising power with which America must come to terms.

»But President Obama has yet to explain why the United States—for its own interests, not as a favor to Iran, or simply because Americans are war-weary—needs rapprochement with the Islamic Republic. Absent such advocacy, his administration may still reach a nuclear deal with Iran. But it will lose the political fight at home over a new Iran policy, squandering the chance for a broader strategic opening with Tehran and locking the United States into increasingly steep strategic decline in the Middle East and globally. […]

»…This restricted focus opens U.S. diplomacy up to three major problems. First, it conditions U.S. demands on Tehran with no grounding in the Nuclear Non-Proliferation Treaty or other aspects of international law. This may seem useful to show constituencies in the United States and allied countries that the Obama administration is putting Iran’s nuclear capabilities in a very tight “box”—e.g., by requiring the dismantling of an arbitrarily large number of Iranian centrifuges or refusing to lift UN Security Council sanctions on Iran for years into the implementation of an agreement. But it also makes clear that America is not prepared to deal with the Islamic Republic as the legitimate representative of legitimate Iranian interests—the only basis for real rapprochement.

»Second, a narrowly technical approach is vulnerable to criticism that it does not actually accomplish the goals its advocates set (criticism epitomized in Israeli Prime Minister Netanyahu’s charge that diplomacy “doesn’t block Iran’s path to the bomb; it paves Iran’s path to the bomb”). In the 1970s, the Carter administration insisted that the SALT II agreements it had negotiated with the Soviet Union put meaningful limits on the growth of Moscow’s strategic arsenal. But this technical argument was trumped by more politically resonant claims that SALT II left an unreconstructed Soviet adversary with too much nuclear capability; ultimately, congressional opposition killed SALT II. If Obama does not make the case for a nuclear deal as a catalyst for broader (and strategically imperative) rapprochement with Tehran, he will face mounting political pushback against meeting U.S. commitments essential to implementing a deal.

»Third, Obama’s posture makes it increasingly probable that the geopolitical benefits of diplomatically resolving the nuclear issue will accrue primarily not to the United States, but to China and Russia. It seems all too likely that the Obama administration will continue to resist packaging a nuclear deal as part of comprehensive, “Nixon to China” rapprochement with Tehran. It seems virtually certain that, under a deal, the administration will only commit to “waive” America’s Iran-related sanctions, for six months at a time, through the balance of Obama’s presidency. Indeed, senior administration officials told Congress last week that current sanctions legislation should stay on the books until a deal’s end, years from now, so that Washington can continue leveraging Tehran’s actions.

»By contrast, even before a nuclear deal is concluded, Beijing and Moscow are laying the ground to deepen their already significant economic and strategic cooperation with Iran. (Both Chinese President Xi and Russian President Putin will visit Tehran this spring.) The Obama administration’s technically reductionist approach to Iran relations raises the risks that what should be the greatest triumph of American diplomacy since the U.S. opening to China in the 1970s will end up exacerbating America’s ongoing marginalization in the Middle East.»

Cette logique étrange mais qui est pourtant si illustrative de notre temps, ou bien qui est étrange parce que si bien de notre temps, est finalement qu’un accord avec l’Iran, tant voulu par les Washington (ou plutôt Obama) depuis près de deux ans, et qui devait impliquer la “0 »récupération” triomphale de l’Iran par le bloc BAO (le retour de l’Iran dans la “communauté internationale”), aurait toutes les chances, si cet accord est finalement signé, de nous donner exactement le contraire. Dans son Weekly Comment du 6 mars 2015, Alastair Crooke, président de Conflict Forum et certainement l’un des experts britanniques les plus lucides et hors du circuit-Système sur les questions du Moyen-Orient, développait déjà cette perspective qui, finalement, donnerait deux vainqueurs assurés, – la Russie et la Chine, – avec l’Iran effectivement quitte des pressions du bloc BAO mais d’ores et déjà tourné, pour son développement international, vers les diverses structures de facto antiSystème qui vont de la filière Chine-Russie à l’OCS (dont il sera sans doute intronisé membre cet été), aux BRICS, etc.

«… But will the US objectives be achieved through a framework agreement – should such a thing transpire? In fact, the very blueprint of America’s approach to the talks paradoxically may lead, not to a ‘tipping’ of Iran towards the West, but to the East. If sanctions are not to be lifted, but merely suspended every six months by Executive Order, for a period of several years, which western energy major will care to invest long-term against such a short-term risk window of six months – and with a sword of Damocles too, hanging poised for re-imposition, for more than a decade? In fact, we already can see that the Chinese, who were temporarily pushed back (to provide some space for a mooted European return), have now begun to flood back into Iran. A decade long western ‘freeze’ will almost certainly ‘cook’ Iran – including the new generation – into its Eurasia orientation, both economically and culturally.

»What is even more doubtful, however, is the entire notion that the Middle East – in its present condition – can be ‘played’ as a balance of power, rubic cube. The concept worked in Europe in the nineteenth century in part because there were well-defined nation states, a modicum of stability, a certain commonality of world view, and a degree of consensus about the rules of the game. None of this holds true for the Middle East today. None of the four powers pays particular deference to the US; none are particularly atuned to western interests; and some of the key actors are not nation states. But mainly there is no stability; rather we see the eroding of it everywhere. How would a balance of powers matrix help resolve Libya, for example?

»It is fair to ask what else could America do? But to that perhaps, there is no answer. It seems more likely that these regional states will seek to make their own balance of power, irrespective of US designs.

»So what are Iran’s options? It is cut off from the western global financial system, excluded from the so-called international community, and under sanction? Well, Iran is not so isolated, far from it. Russia and China are keen to establish a strategic relationship with Iran, and much of the non-West is open to forging closer trade and political relations. Iran’s strategic situation in the region is solid, and growing stronger (in Iraq, Syria and Yemen). Domestically, Iran has emerged as a more cohesive society from the turmoil of 2009. Iran has applied for membership of the SCO, and its application may be accepted this summer.

»Of course sanctions and the drop in the oil price have had their effect, but exports (non-oil and oil) are rising well. More significantly, strategic geo-economic shifts are changing the Iranian calculus (China’s proposed Eurasian economic corridor through to Turkey offers the region a different pole of economic activity to that of Europe), and trade and commercial opportunities are being fundamentally altered by the Russo-Chinese initiative to set-up an analogue financial and trading and clearing system outside of the dollar-based sphere. Iran has already dropped the dollar as a means of trading. And as the non-dollar economic system expands with a SWIFT financial clearing system alternative already launched, with Central Bank non-dollar currency swaps in place and a putative ‘non-dollar jurisdiction’ banking system under construction by China and Russia, Iranians are now more plainly seeing the alternative (and getting fed up with hanging on the eternal ‘will they/won’t they’ lift sanctions hiatus).

»So, as Iran sees it, there is an alternative. But Iran may yet agree to a ‘political’ agreement, and one which does not resolve its conflict with the US. Why? Because Iran understands that the US (at least for now) is not seeking escalation with Iran, but rather the reverse: America needs Iran in order to help smooth its exit from Afghanistan; it needs Iran’s parallel contribution to the containing or defeating of ISIS; to finding a solution in Syria, Lebanon and Yemen. In short, America will be discreetly needing Iran in many areas (and thereby anyway indirectly confirming Iran’s pivotal regional status). In brief, facts on the ground are already demonstrating the new balance of power on the Middle East ground, and a political agreement would somehow reflect this shift, and perhaps also lower the political tensions with America – even if the situation in terms of US sanctions remains largely unchanged.

»And if America takes a different turn with the Presidential election campaign promising to bid up the rhetoric of interventionism, or if Congress retaliates with more punitive sanctions, Iran will likely ‘up’ its enrichment programme, and re-commence 20% enrichment.»

Décidément, l’on ne peut qu’en revenir à l’un des fondamentaux, l’un des plus fondamentaux parmi les fondamentaux de notre époque, qui est le caractère d’impuissance-paralysie du pouvoir washingtonien, ainsi devenu absolument stérile, puis contre-productif et destructeur, voire déstructurant et dissolvant de lui-même ; l’on ne peut donc sortir d’une victoire que serait un accord avec l’Iran, rien qu’une perspective contre-productive qui affaiblirait encore plus la position de ce pouvoir (washingtonien) au Moyen-Orient. La déclaration de John McCain plus haut, complètement surréaliste sinon tout simplement démente puisqu’elle plaide in fine pour une attaque israélienne dont il estime qu’elle serait un bon moyen de bloquer l’accord avec l’Iran, même signé, nous donne une bonne référence de ce qu’est ce blocage washingtonien, en nous indiquant de quel maux souffre ce pouvoir au travers de la sorte d’oppositions extrêmes qui le divisent.

McCain ne parle pas “sous influence”, dans tous les cas “sous influence humaine”. Paradoxalement, même s’il est normalement subventionné comme le sont l’extrême majorité des parlementaires US qui vivent dans un quasi-automatisme de corruption baptisé du beau nom de lobbying, McCain n’est certainement pas la cible privilégiée ni la marionnette des entreprises habituelles de l’AIPAC et des relais israéliens. McCain est réellement indépendant dans ses engagements politiques, bien plus que la plupart de ses collègues. Il va bien au-delà de ce que lui demanderait un AIPAC si l’AIPAC avait barre sur lui, et même il va parfois, sinon de plus en plus souvent, bien trop au-delà. C’est lui qui, derrière le Speaker de la Chambre John Boehner, a suggéré à l’ambassadeur israélien à Washington l’opération ayant abouti au discours de Netanyahou du 3 mars, lequel a été jugé désastreux par nombre de pro-israéliens, y compris par l’AIPAC, à cause de son impact catastrophique sur les relations entre Netanyahou et Obama. La seule chose qui intéressait McCain, c’est l’impact négatif que ce discours pouvait avoir sur les Iraniens et les négociations qu’ils menaient avec les USA.

McCain est moins pro-Netanyahou et pro-Israël qu’anti-Iran (ou anti-Libye, anti-Syrie, etc.) ; de même est-il moins pro-Kiev, ou pro-Pologne qu’anti-Russie, ou moins pro-tout-ce-qu’on veut qu’antiterroriste et anti-ISIS, etc. Ce qui l’anime et le motive au-delà de tout, et l’essentiel de sa carrière parlementaire étant évidemment assuré par des subventions courantes qui ne marque aucunement une corruption extraordinaire, c’est la figure de l’Ennemi qu’il importe de détruire, et il est incapable de distinguer qu’une telle attitude conduit à multiplier les contradictions et les impasses surréalistes et irréalistes à la fois, beaucoup plus que les antagonismes, et par conséquent qu’il en résulte une paralysie générale. On pourrait aussi bien en déduire que McCain, qui n’a jamais été pris en défaut de faiblesse dans cette ligne qui est à l’extrême des plus extrêmes (une sorte d’extrême droite des neocons), constitue le réceptacle d’une influence qui dépasse les capacités d’organisation et de pression humaines, et qui relève directe du Système lui-même, avec sa dimension maléfique qui renvoie aux affrontements métahistoriques. McCain n’est pas “sous influence” (humaine), il est “habité”, “inspiré” par quelque chose de différent qui relève de forces que la raison politique, y compris son double pervers de la corruption, n’a pas l’habitude de fréquenter si seulement elle accepte d’en envisager l’existence ; McCain passe donc comme une lettre à la poste, puisque personne n’y comprend rien et n’y veut rien comprendre, et il s’en déduit chez lui la production d’une politique absolument dévastatrice, dissolvante, nihiliste jusqu’à simplisme décisif de l’entropisation si cela était possible.

Qui plus est, et d’ailleurs assez logiquement si l’on considère ses influences, McCain est de facto, hors de toute position institutionnelle, une référence, un point de ralliement, c’est-à-dire un inspirateur, ou plutôt le “passeur” et le “messager” d’un état d’esprit qui infecte absolument la représentation parlementaire au Congrès (la quasi-majorité des républicains, une partie importante des démocrates). C’est dire que les positions extrémistes qu’il montre à propos de l’Iran, comme hier à propos de la Russie, sont la règle générale et l’inspiratrice de l’attitude du Congrès vis-à-vis de l’Iran, – et elles le seront plus encore si un accord est signé à Genève. Ce qu’écrivent les Everett et Alastair Crooke a donc toutes les chances de se réaliser, sinon d’être une perspective quasiment acquise. L’accord éventuel de Genève va libérer l’Iran de certaines contraintes pour pouvoir mieux se tourner vers la Chine, la Russie et le reste. La pression constante du Congrès constituera une pression constante pour que l’Iran raffermisse très vite ses liens stratégiques, – politiques, militaires, commerciaux, – avec la ligne Moscou-Pékin et tous les relais annexes.

source : http://www.dedefensa.org/article-accord_avec_l_iran_l_impuissance_us_veille_01_04_2015.html

Vous aimez cet Article? Diffusez-le!

Vos réactions