Islam  : Libération des opprimés

Leïla Shahid : « Notre stratégie non-violente face à Israël est un échec »

Print pagePDF pageEmail page

La déléguée générale de l’Autorité palestinienne auprès de l’Union européenne,  Leïla Shahid,  a accordé un entretien  à la RTBF :

Leïla Shahid, l’armée israélienne a mobilisé 75 000 réservistes. Les blindés se déploient petit à petit. Vous craignez un conflit terrestre ?

– Oui, je pense que cette situation absolument tragique, parce que c’est la répétition de ce que la population de Gaza a vécu il y a à peine 4 ans, c’est une guerre annoncée. C’est presque indécent de prétendre qu’on est surpris que ça recommence puisque, depuis l’offensive de 2008-2009, rien n’a changé à Gaza et qu’une population occupée depuis 45 ans ne peut pas continuer à vivre humiliée comme elle l’est et qu’il était évident que la communauté internationale aussi est responsable parce qu’elle n’a rien fait de tout ce qu’elle a promis, Union européenne incluse.

Et je pense que l’arrière-pensée de Monsieur Netanyahou dans cette nouvelle guerre qu’il prépare est vraiment beaucoup plus électorale qu’autre chose. Il n’a pas le scrupule d’en faire payer le prix ni à la population civile israélienne, qui est bien sûr incessamment terrorisée par les missiles et les obus que les Palestiniens tirent de Gaza, ni à une population palestinienne encore plus terrorisée…

– Donc, pour vous, on est dans un contexte électoral ?

– Mais bien sûr ! Le 22 janvier, le Premier ministre israélien a décidé qu’il voulait faire des élections anticipées. Il a pris comme partenaire dans sa coalition, Monsieur Lieberman, l’actuel ministre des Affaires étrangères israélien, qui est un homme qui ne cache pas ses positions très radicales. Monsieur Netanyahou a essayé de convaincre le Président Obama de partir en guerre contre l’Iran, il n’a pas réussi. Donc il choisit de faire la guerre contre l’ennemi le plus faible, le moins équipé sur le plan militaire, qui est la population civile de Gaza. Vous n’allez pas me dire que le Hamas, avec les quelques obus qu’ils fabriquent dans les petits ateliers locaux, va tenir tête à une armée nucléaire et aussi puissante que l’armée israélienne. Et ça va être un nouveau massacre.

– Alors, justement, le gouvernement israélien dit défendre sa population. Les Occidentaux pointent, eux aussi, la responsabilité du Hamas dans cette affaire, dans le déclenchement de ce conflit. Quelle est la position de l’Autorité palestinienne sur cette question justement ?

– Ecoutez, nous, nous avons décidé, il y a 19 ans, d’arrêter toute la lutte militaire pour décider de négocier la solution de deux Etats. Mais soyons honnêtes, nous avons échoué. La solution préconisée par le Président Mahmoud Abbas, par le Premier ministre, par Yasser Arafat avant son décès, ça fait 20 ans que nous négocions soi-disant une solution de l’occupation militaire de nos territoires depuis 45 ans. Et qu’est-ce que nous avons fait ? Nous n’avons même pas réussi à faire retirer l’armée israélienne ni de Gaza ni de Cisjordanie, ni de Jérusalem-Est. Donc regardons la réalité en face : la communauté internationale est responsable aussi de notre propre échec, parce qu’il est évident que nous avons un déséquilibre de forces total en faveur d’Israël.

– Et le Hamas, lui, il est responsable ? Le Hamas en lui-même ?

– Oui, mais le Hamas, qui n’est pas le parti que je représente, mais le Hamas représente une population. D’ailleurs, je vais vous dire : ce n’est pas le Hamas qui tire, ce n’est pas vrai que c’est le Hamas. C’est le Jihad islamique et les autres organisations. Le Hamas, ça fait 5 ans, pour des raisons tout à fait évidentes d’opportunisme, a fait respecter un cessez-le-feu intégral, il n’y a plus eu de tirs. Le Hamas a vraiment imposé un cessez-le-feu. Les tirs, ils ont sûrement un peu à voir avec la situation régionale. Mais ils sont possibles parce que la population est excédée que rien n’ait changé dans sa vie.

La tragédie de la Palestine, c’est que la communauté internationale est de mauvaise foi, d’un côté, y compris d’ailleurs l’Union européenne et les Américains, ou incapable de se mettre d’accord sur une vraie politique. Israël est traité comme l’Etat le plus démocratique, le plus gentil, il a les meilleures relations. L’Union européenne vient de lui accorder tous les privilèges au niveau des accords d’association. Et la population palestinienne a le droit aussi de se défendre comme elle pense qu’elle peut le faire. Nous, autorité, nous pensons qu’on peut le faire sur le plan politique, mais on n’a pas vraiment acquis beaucoup de crédibilité, à vous dire vrai, depuis 20 ans, puisque nous avons échoué. Les organisations comme le Hamas et le Jihad islamique, eux, préconisent qu’il faut revenir à une lutte armée.

– Ce point de vue du Hamas, ça vous inquiète ?

– Ça ne me surprend pas mais ça m’inquiète. Je vais vous dire pourquoi ça m’inquiète : ça m’inquiète parce que la disproportion du rapport de force est telle que c’est encore une fois la population civile de Gaza qui va payer le prix. Qui est mort il y a 4 ans ? 1400 femmes, enfants, et vieillards qui ont été bombardés. Qui est en train de mourir depuis maintenant 3 jours ? Ce sont 30 civils palestiniens, ce ne sont pas les combattants qui meurent. Lorsque Israël tire avec des avions F16, ce n’est pas le Hamas ni le Jihad islamique qu’on punit, c’est la population de Gaza qui ne peut même pas fuir parce que toutes les frontières de Gaza sont fermées par Israël.

– On a assisté, avant-hier, à des scènes assez rares en Cisjordanie. On avait certaines personnes qui brandissaient sur le territoire de la Cisjordanie des drapeaux en signe de ralliement au Hamas.

– Mais c’est normal parce que je vous dis que moi, je suis l’ambassadeur de Palestine, et je vous dis que, malheureusement, la stratégie de ma direction, la mienne, celle que je défends maintenant depuis 45 ans, elle a échoué. Dites-moi à quoi ont servi les négociations pendant 20 ans ? Nous avons commencé à négocier à Madrid en 1990. On a continué en 1993, on a arrêté la lutte armée, on a voulu montrer qu’on était respectueux du droit international, et Israël nous a donné une claque.

Nous avons des résolutions qui obligent Israël depuis maintenant 45 ans, c’est-à-dire la résolution 242, à quitter les territoires occupés parce que l’occupation de territoires par la force armée est illégale. Qui a fait appliquer ça dans les territoires palestiniens ? Personne. Donc ne donnez pas de leçon de morale à une population qui est excédée. Et nous devons, nous, faire une autocritique de dire que, malheureusement, nous n’avons pas réussi à mettre fin à l’occupation par des moyens non-violents, donc nous allons voir encore plus que Monsieur Netanyahou utilise cela pour son agenda électoral. Il va se mettre comme candidat, lui et Monsieur Lieberman, dans un mois comme le héros, je dirais, de l’unité nationale israélienne contre soi-disant les ennemis. Et il revient vers la guerre des civilisations et il reprend le discours de Monsieur Bush d’ » axe du bien contre le mal « , et bien sûr il diabolise le Hamas et tout ce qui est islamique pour se faire lui le chantre de la liberté.

– Et d’après vous, quel rôle peut jouer l’Egypte ?

– Tout front militaire, à côté de la frontière de l’Egypte et de Gaza, va déstabiliser aussi le président Morsi. C’est pour ça qu’il a été très vite mobilisé et, bien sûr, il a une relation, en tant que parti politique, avec le Hamas. Mais je vous dis, le Hamas a pratiquement respecté intégralement le cessez-le-feu pendant 5 ans. Pourquoi aujourd’hui ça reprend ? Je pense que c’est aussi le contexte national israélien et les élections. Et Morsi va voir, et il a déjà appelé deux fois le président Obama pour essayer aussi de dire aux puissances internationales qu’il faut qu’elles l’aident à calmer les visées de Monsieur Netanyahou qui ne mettent pas seulement en danger les Palestiniens, mais aussi toute la région.

Propos recueillis par Pierre-Yves Meugens

Ecoutez ici l’entretien avec Leïla Shahid

Source : rtbf0info

http://www.rtbf.be/info/monde/detail_violences-a-gaza-entretien-exclusif-avec-leila-shahid?id=7876355

 

Vous aimez cet Article? Diffusez-le!

7 Commentaires

  1. DZ 19 novembre 2012 at 15:49

    Distraction pendant qu’on prépare la prochaine attaque … Processus de paix ____ Ariel sharon a dit en 2001 « ne vous en faites pas de l’avis des ricains car nous contrôlons leur pays »

    chaque attaque par l’entité sioniste est calculée, ils ne cherchent absolument pas la paix, je viens d’apprendre que l’OTAN serait d’accord pour un déploiement de missiles patriot si Ankara le souhaite « l’entité aurait peur de la turquie ?! » parce que la turquie a annoncé son soutien à Gaza

    • Omar MAZRI 19 novembre 2012 at 16:23

      Salam, DZ

      Vous avez absolument raison. Il y a des analyses qui tentent d’expliquer l’agression sioniste et de ce fait ils font l’impasse sur la véritable nature de l’État sioniste : Un état fondé sur la force, le racisme et au service de l’Occident pour contrôler le Moyen-Orient. La nature violente et transgressive des Bani Israël est devant nos yeux. Ils ne se soumettrons que par la force qui les humilie. Pour l’instant le mythe de leur invincibilité est brisé comme le rêve des enfants qu’ils assassinent.

      Le déploiement des « patriots » étaient prévus depuis longtemps en prévision d’une guerre contre la Syrie et contre l’Iran. L’empire ne veut pas de l’ouverture de ce front alors que la Syrie n’est pas réduite à l’impuissance, mais il s’adapte vite car tout est calculé avec des scénarios alternatifs.

      Ne soyez pas séduit par le faux khalife Erdogan. La Turquie est membre important dans l’OTAN ainsi que dans le dispositif stratégique de l’entité sioniste. Erdogan, Morsi et Mechaael sont en Egypte ou à Gaza non pour aider la résistance, mais pour reconduire la politique de Moubarak et de Omar Suleiman : arracher une trêve en faveur d’Israêl. Shimon Peres vient de remercier Morsi pour ses efforts. La riposte imprévue de la résistance palestinienne les as surpris. Ce qui les surprend davantage c’est l’unité du front et l’unité des brigades armées du HAMAS, du Jihad, du Front démocratique et des autres factions. Le HAMAS ne peut plus prendre de décision tout seul quand à l’issue des combats. Erdogan et Morsi sont contraints de faire des concessions à leur opinion car Gaza sera leur cimetière s’ils font un faux pas. Si vous ouvrez bien vos yeux et vos oreilles vous verrez mille et un faux pas. Ce qui va venir sera sans doute plus révélateur

      Baraka Allah fik

  2. dz 20 novembre 2012 at 08:51

    salamou alikoum
    les ricains, quoiqu’elle fasse l’entité sioniste, elle reste toujours un outil important car pour eux elle est leurs yeux dans la région … la turquie, pour l’entité sioniste, elle sera toujours une menace donc toute alliance avec la turquie serait une perte de temps car elle reste toujours un pays musulman … mais pour les usa/otan est un allié stratégique qu’il pèse lourd car elle est une zone tampon qui entrave toute progression des sino-russe via la mer noire … Alors l’entité sioniste face à son impuissance devant l’iran et disons la passivité des usa/otan et la défaite de roumeney veut en découdre une fois pour toute …. car c’est pas la création d’un état juif qui l’intéresse mais faire partie des grands, malgré que la syrie soit une puissance non négligeable son problème est vite réglé par les conflits interethnique, donc la seule puissance rivale est l’iran qu’il faut neutraliser … maintenant il reste à savoir à quoi il joue le Hamas ? avec son pragmatisme !

    • Omar MAZRI 20 novembre 2012 at 12:16

      salam, DZ

      Excellentes questions. Une partie de la réponse sur le HAMAS est dans la négociation du cessez-le-feu ou de la trêve. Il est fort significatif de voir que celui qui est en train de négocier, d’amender, d’accepter la proposition n’est pas le HAMAS, mais la résistance. La résistance est administrée par l’ensemble des factions palestiniennes ce qui laisse supposer que le HAMAS n’a plus l’hégémonie sur les questions de paix et de guerre et qu’il est contrait de revenir aux constantes de sa fondation.

      Avec l’hégémonie des Frères Musulmans et apparenté dans les deux grands pays que sont la Turquie et l’Égypte, lesquels optent pour le pragmatisme, le HAMAS a du mal à trouver ses marques. Il est obligé de s’adapter et de retrouver sa boussole car les épreuves sur le terrain imposent leurs lois et non le pragmatisme. Affaire à suivre

  3. Chahine 20 novembre 2012 at 21:42

    Salam à Omar et à tous :
    Il est surprenant d’apprendre que c’est maintenant que Madame Shahid ne croit plus vraiment à la solution de la paix.C’est bien tardive.
    Le Sionisme porte en lui les germes du racisme de la guerre, de la violence , de l’expansionisme d’où le pratique d’une politique colonial visant à epurer de ces territoires toute précense de population non-juive( politique du nettoyage ethnique pratiqué depuis la creation de cette ignoble Etat).Ben Gourion disait déja en 37  » Les Arabes doivent partir ».
    Comment dés lors croire( et pour Madame ça semble ou plutôt ça semblait être le combat de toute une vie) en une solution pacifique?
    Sait -elle mise à la place de l’ennemi en se posant la question: quel interêt aurait Israël à la paix et au coté de lui un Etat reconnu avec des frontiéres délimitées?

    J’en profite pour temoigner de mon admiration pour la Resistance Palestienne et particulierement d’un parti qui ne s’est jamais fourvoyé dans les bras du sionisme ou de l’Otan : c’est le Jihad Islamique.
    Lire avec attention cette assez interview pour bien comprendre ce mouvement http://religion.info/french/entretiens/article_342.shtml

    • Omar MAZRI 22 novembre 2012 at 01:12

      Oui, Chahine vous avez raison.

      Maintenant que le cessez-le-feu est arraché à la résistance et que la victoire politique est confisquée, les dialoguistes et les négociateurs du FATAH vont composer avec l’islamisme pragmatique des Frères Musulmans qui va être dominant dans le monde arabe et le Moyen-Orient le temps que l’Amérique réalise ses objectifs et se trouve d’autres vassaux et d’autres ennemis.

  4. Kassim 9 mai 2013 at 12:35

    C’est curieux que les journalistes occidentaux (heureusement pas tous) évitent toujours les questions au sujet d’Israël et de sa responsabilité dans la torture et le meurtre d’un peuple désarmé, et c’est toujours la même chanson ,le Jihad islamique et Hamas , c’est eux les vrais responsables… il semble que cela ne changera guère , il faut à tout prix et éternellement criminaliser les opprimés pour aucune autre raison ,sauf qu’ils tiennent à leur terre ,qu’il en sont les autochtones et qui sont prêts à la défendre.. .Ce qui est évident, c’est que la terre revient toujours à ses enfants ,Ahmed Wahbi , disait dans une de ses chansons ,« L’oued ne reteindra que ses propres pierres . »

Vos réactions