Islam  : Libération des opprimés

Mossad, monarchies arabes, Egypte et Palestine

Print pagePDF pageEmail page

La chaine Al Manar du Hezbollah libanais rapporte que la chaîne de télévision israélienne, Canal 2, a informé de la visite secrète  du chef des services de renseignements israéliens (Mossad), Tamir Bardo , il y a quelques semaines, aux Emirats-arabes-unis.

Selon l’expert des affaires arabes de Canal 2, Ehod Yaari, « la visite était officieuse » et « Bardo s’est réuni avec le prince héritier Mohamad ben Zayed alNahyan, ainsi qu’avec de haut responsables sécuritaires ».

Au cours de cette réunion, il a été surtout question de la situation en Egypte avant le coup d’état militaire et de la coopération dans les questions militaire et sécuritaire.

Toujours selon la même source, Bardo s’est réuni avec le responsable palestinien Mohammad Dahlan qui réside à Dubaï.

Le journal algérien arabophone As Chourouq a fait état de la coordination du Mossad avec  les services de sécurité des monarchies du Golfe, le palestinien Dahlan et les sphères d’affaires liées au régime de Moubarak  pour réaliser le coup d’état militaire. As Chourouq se rapportant à des sources égyptiennes (civiles et militaires) de haut niveau déclarent que Dahlan aurait piloté l’opération qui consistait à verser des milliards de dollars pour financer la chute de Morsi.

Tous les indices convergent vers ce qui est évident depuis longtemps : la liquidation de la question palestinienne. La liquidation  de la Palestine passe par la normalisation des Arabes avec Israël ou  par l’anarchie dans le monde arabe sinon la combinaison des deux. Dans tous les cas il faut criminaliser les mouvements islamiques  et les encadrer les amenant à faire des fautes ou à agir avec précipitation.

Les errements de l’association des savants musulmans présidée par Qaradhawi et la cécité des  Frères musulmans dans le dossier libyen et syrien ont facilité le jeu de l’Empire et du sionisme qui disposent d’une ingénierie prodigieuse pour connaitre nos faiblesses, nos divisions, et anticiper. La haine idéologique des libéraux et des gauchistes arabes qui s’empressent de proclamer  » les peuples arabes se soulèvent contre la terreur des Frères musulmans et des autres mouvements islamistes » ajoutent de la confusion. L’Empire sait manier la muleta devant les têtes baissées  des forcenés de la politique.

Les hommes sensés aimant la vérité et les hommes épris de liberté et de justice doivent reconnaître l’évidence flagrante : les putschistes égyptiens se sont emparés des difficultés politiques de Morsi à gouverner un pays « ingouvernable » par la mentalité confrérique et par le fardeau de l’héritage Moubarak pour lui adresser les griefs qui arrangent l’Empire et le sionisme. Morsi est accusé de soutenir le HAMAS un des principaux mouvements de la résistance après que le FATAH ait choisi Oslo comme Sadate a choisi Camp David. Celui qui ne voit pas l’inscription du Hezbolah dans la liste des terroristes par l’Union européenne et ne fait pas le rapprochement entre  les pressions américaines sur l’Autorité palestinienne pour faire des concessions à Israël doit avoir le cœur rempli de haine contre l’Islam ou doit avoir le crane rempli de moelle épinière sans limbes.

La gauche égyptienne tenté par l’économie de marché n’arrive plus à manier la dialectique historique :  elle  devrait relire le 18 Brumaire de Marx et revisiter le coup d’Etat du général Pinochet contre le président Salvador Aliendé . Pinochet a ce que les libéraux et les putchistes arabes n’ont pas :  une idée de la démocratie bourgeoise qui libère les forces productives lui permettant d’accumuler du capital sur des progrès sociaux et économiques. Prisonniers de leur délire de voir l’échec de l’Islam politique pour cacher leur propre échec ils ne sont pas en mesure de comprendre que l’échec est celui des mouvements islamiques partisans ou sectaire. L’échec de l’idéologie partisane annonce, inchaallah, la renaissance de l’Islam social et politique.

Vous aimez cet Article? Diffusez-le!

Vos réactions