Islam  : Libération des opprimés

Regard sur les projets en Libye après Kadhafi et regard sur le projet apocalyptique contre la Syrie.

Regard sur les projets en Libye après Kadhafi et regard sur le projet apocalyptique contre la Syrie.
Print pagePDF pageEmail page

Nous avions interpellé les imposteurs de l’Islam d’Algérie et de France sur le caractère antinomique du Coran et du Prophète (saws) avec la doctrine et le comportement de l’Empire ainsi qu’avec l’agression de la Libye, pays arabe et musulman, par l’OTAN.

Nous avions montré à travers les schémas d’édification d’une civilisation comment l’Empire, le sionisme et l’ancien colonisateur sont en harmonie sur l’idée et l’action de provoquer des césures dans nos géographies, nos histoires, nos économies et nos mentalités collectives pour rendre impossible tout effort d’éveil civilisation dans nos consciences et nos organisations, et pour conserver intacte leur capacité de prédation sur nos territoires vus comme des proies faciles.

Nous avions montré les faillites morales, religieuses et politiques des Marabouts religieux et politiques qui conduisent le monde arabe à la disparition par leur inculture géopolitique, leur passion démesurée pour le pouvoir dont ils n’ont ni les moyens de conquérir ni la compétence de l’exercer. Leur esprit partisan et sectaire, contraire à l’unité et à la fédération que demandent  le Coran et le Prophète (saws),  ne les prépare ni à gouverner, ni à libérer, ni  à civiliser.

Hélas,  les fossiles ne sont pas capables de se remettre en cause, ni de faire l’inventaire objectif de leur parcours, ni d’évaluer la situation mondiale et ses conséquences sur le monde arabe en général et sur nos pays en particulier. Ils continuent de fabuler et de tirer des plans sur la comète.  Ils  se préparent à l’après agression sans avoir réellement servi leur dans le passé ni l’avoir pensé dans son avenir. La même fuite dans la même quête de pouvoir, dans la vassalisation à l’Empire…

En Syrie et sur la Syrie, ils continuent la même œuvre de sabotage qu’en Libye. Nous avions montré que les données de l’ONU sur l’indice humain de développement en Libye  étaient bonnes. La Libye pouvait certes, espérer être mieux gouverné et mieux profiter de ses ressources, mais le mieux ne pouvait être obtenu par la confusion et la Fitna.

Le temps a passé, mais l’équation reste posée. La bonne foi et l’enthousiasme ne suffisent pas pour faire une politique, une dawla islamiya, une entrée dans l’histoire comme les Compagnons du Prophètes. L’imitation de l’Occident ne suffit pas pour créer le sentiment démocratique. La confusion sur l’Islam et l’imitation servile sur l’Occident ont produit suffisamment d’impostures, d’échec, de démission qu’il est temps de se poser la question avant de voir la Syrie sombrer dans le chaos : est-ce que la voie des réformateurs peut être confondue avec celle des destructeurs, des empressés, des confus, des insensés.

Regardez l’Irak : chaque jour apportent ces cinquantaines de morts !

Regardez la Libye !

  • Guerre tribale
  • Mercenariat
  • Insécurité
  • Paupérisation
  • Quasi arrêt de la production du pétrole
  • Absence de l’Etat
  • Pas de service public
  • Corruption des élites « islamistes » et « démocratiques »
  • Rapine sur les ressources stratégiques
  • Vente du pétrole sur le marché noir
  • Pillage des côtes
  • Grèves transformées en insurrection
  • Mutinerie dans les casernes de police et de l’armée.
  • Revendications d’autonomie (territoriales, ethniques et linguistiques)
  • Assassinats politiques
  • Démolition et pillage du patrimoine archéologique
  • Fuite des étrangers (personnes physiques et morales)
  • Actes terroristes contre la population
  • Guerre civile larvée

Les pillages et les destructions systématiques en Libye et en Irak que nous voyons en Syrie montrent la haine et la volonté de saper les fondements culturels, économiques, sociaux et intellectuels des sociétés arabes.

Comme en Irak,  la Libye s’installe dans un chaos structurel où la notion d’Etat, de justice, de vie humaine n’ont plus de signification. Ni l’Empire, ni la France, ni le Qatar, ni l’Arabie saoudite, ni les intellectuels musulmans (religieux ou non) ne semblent concernés par ce drame. Ils lui tournent le dos et vont résolument vers d’autres drames en Syrie.

 

Lorsqu’ils évoquent la Syrie, ils font l’impasse sur la Libye et ils prennent des positions sectaires et partisanes (islamistes ou laïcistes) refusant de s’interroger sur la position à prendre face à l’arrogance et au bellicisme de l’Empire,  du sionisme et de leurs vassaux qui ont transformé la vie des Arabes et des musulmans en un enfer sur terre.

 

Où est la démocratie, la dignité de l’homme, la liberté en Libye ? Où est l’Islam, l’Etat islamique, la Charia en Libye ? Il faut répondre à ses questions avant de se lancer dans d’autres aventures qui ont pour prix l’effusion de sang

 

Lorsque les Arabes et les musulmans se focalisent sur les étiquettes (islamistes, démocratie) ou sur les noms des personnes (Assad, Kadhafi, Saddam), ils deviennent manipulables par l’affectif, par l’image, par les mots, par la précipitation et l’improvisation. La religion et la raison nous commandent pourtant de lire l’histoire, d’analyser les processus, puis de nous inscrire dans une pensée et une démarche qui donnent le primat à la globalité et à  la dynamique.

 

Cela semble difficile pour le non croyant, mais la globalité et la dynamique permises à l’homme ne concernent que le caractère variable du spatial des territoires et du temporel des sociétés et de leur histoire comme le souligne le Coran :

 

{Allah ne change point la situation d’un peuple tant que celui n’a point changé ce qui est en lui} Ar Raad 11

 

Le changement concerne l’être ontologique et l’être social dans le contenu de leur façon de croire,  de vouloir, de savoir, de pouvoir, de devoir, de dire, de s’émouvoir, d’imaginer et de faire qui transforment la globalité de l’être lui-même une expression globale et complexe. Se focaliser sur le pouvoir,  sur le changement de Bachar Al Assad ou sur l’assassinat de Kadhafi, ne fait que rendre plus complexe le changement car il éloigne de la ligne des Prophètes.

 

La ligne des Prophètes semble difficile pour ceux qui n’ont pas compris la signification du changement et qui s’imaginent être les « délégués » de Dieu sur terre pour parler en Son Nom et se croire les exécuteurs de Son Dessein au lieu de se concentrer à témoigner et à réformer dans le cadre des invariants qu’Allah a fixés :

 

{Et nul ne peut changer les Paroles d’Allah, et il t’est déjà parvenu une partie du récit des Envoyés} Al-An’âm 34

{Il n’y a pas de changement aux Paroles d’Allah} Younes 64

Nul ne peut changer la religion d’Allah. Nul ne peut engager le changement dans un cadre, une démarche, une éthique autre que celle qu’Allah (swt) a impartie aux Prophètes (saws). Il n’est pas de la tradition des Prophètes de fomenter des coups d’état, de provoquer des Fitna, ou de s’allier aux ennemis de l’Islam pour faire triompher la Parole d’Allah.

Il ne peut être compris ni admis qu’une révolution « islamique » ou un « Djihad » puisse s’édifier sur une bannière de confusion et viser les installations militaires stratégiques, les ressources stratégiques, les infrastructures de l’Etat et les lieux publics. Nous pouvons comprendre l’illusion du changement recherché ou l’illusion de l’instauration de la justice de l’Islam contre un régime totalitaire et répressif, mais nous ne pouvons comprendre l’aveuglement des élites intellectuelles et religieuses qui ne fixent pas de lignes rouges et qui ne prononcent pas pour condamner les abus, les dérives et les déviations ?

Pour qu’il n’y ait pas de fausses interprétations, le Coran est précis :

{Certes, des messagers avant toi ont été accusés de de menteurs. Mais ils ont supporté avec patience d’être traités de menteurs; et ils ont été persécuté  jusqu’à ce que leur vînt Notre secours. Nul ne peut changer les paroles d’Allah, et d’ailleurs il t’est déjà parvenu une partie du récit  des Envoyés.} Al-An’âm 34

{En vérité, les bien-aimés d’Allah seront à l’abri de toute crainte, et ils ne seront point affligés. Ceux qui croient et qui prennent garde [à Allah], il y a pour eux une bonne annonce dans la vie d’ici-bas ainsi que  dans la vie ultime.  Il n’y a pas de changement aux paroles d’Allah. Voilà l’énorme triomphe!} Younes 64

La sourate Younes qui met en exergue un grand nombre d’invariants que nous transgressons, se clôture par :

{Conforme-toi donc à ce qui t’est révélé, et prends patience jusqu’à ce que Allah rende son verdict, car Il est le Meilleur des juges.} Younes 109

C’est la même Parole à laquelle se sont conformés Noé, Abraham, Moise, Salah, Choayb, Houd, le Messie (saws).

Salomon (saws) était gouvernant disposant des moyens de force pour trancher sans entropie l’horreur de la mécré&nce de la reine de Saba et de sa puissante armée.

David (saws)  était un berger qu’Allah a fait remarquer dans la résistance triomphante contre l’envahisseur et qu’Il a institué en gouvernant en dépit des Bani Israël qui cherchait un notable parmi les élites financières, marchandes, sociales, religieuses et militaires.

Ni David ? NI Mohamed (saws) n’ont porté les armes contre leur peuple. Celui qui dit le contraire doit assumer ses responsabilités.

Est-ce que Youssef (saws) s’inscrivait dans une autre démarche? A travers son récit nous verrons dans le prochain article, inchaallah,   les syllogismes fallacieux de ceux qui détruisent leur pays et répandent le sang des musulmans au nom de leur passion tout en se cachant derrière l’Islam.

Nous avons rappelé, pour une nième fois, la voix de la raison qui refuse l’effusion de sang. Ce rappel ne signifie pas que nous croyons que la Syrie aura la même fin que la Libye abandonnée de tous. Le destin a voulu que les enjeux en Syrie soient plus  grands qu’en Libye et qu’elle ait aussi d’autres voisins et d’autres alliances.

Il est fort probable que le mensonge du 11 septembre et sa symbolique s’exprime de nouveau dans une inversion de territoire. Il est possible aussi  que ce soit la symbolique de Yom Kippour qui se déroulera, inchaallah, du 13 septembre, avant le coucher de soleil,  jusqu’au lendemain 14 septembre, après le coucher du soleil. C’est le jour du pardon. Pour les Juifs, après ce jour aucune demande de pardon ne peut alors parvenir à Dieu ni obtenir sa miséricorde. Quatre jours après Yom Kippour il y aura la célébration de Souccot ou «fête des cabanes » pour commémorer les quarante années d’errance dans le désert du Sinaï. A moins que les Juifs, les Chrétiens et les Musulmans ne se rencontrent autour de l’eschatologie et de l’Apocalypse, il y a de fortes chances pour que l’errance d’Obama et l’arrogance de son système ne finissent dans une accélération de fin de course. Que ce soit le cas ou non, seul Allah connait le Ghayb, il est n’est jamais trop tard de se repentir de l’effusion de sang et de la spoliation des terres et des biens d’autrui, car la Parole d’Allah est immuable :

{Nous avons créé l’homme et Nous savons ce que son ego lui susurre. Nous sommes plus proches de lui que sa veine jugulaire. Lorsque les deux anges envoyés à sa rencontre s’assoient à sa droite et à sa gauche, l’homme ne profère aucune parole sans que se tienne auprès de lui un observateur prêt à inscrire. L’ivresse de la mort survient en vérité : voilà ce à quoi tu voulais échapper ! On soufflera dans la trompette. Voici le jour de la menace ! Chaque être sera accompagnée d’un conducteur et d’un témoin. Tu restais insouciant à cela ; mais Nous avons levé ton voile de sorte que ta vue aujourd’hui est perçante ! Son compagnon dira :  » Voilà ce que je tiens prêt !  » Vous deux, jetez dans la Géhenne tout négateur endurci, qui s’oppose au bien, qui transgresse, qui doute. Celui qui plaçait une divinité à côté d’Allah, jetez-le dans le terrible châtiment ! Son compagnon dira :  » Notre Seigneur ! Je ne l’ai pas incité à la révolte, mais il était dans un profond égarement « . Allah dira :  » Ne vous querellez pas devant Moi ! Je vous avais bien prévenus de la menace.  La Parole, chez Moi, ne varie pas…}  Qaf 17 à 29

La Parole d’Allah est immuable  : tout négateur, tout transgresseur, tout fauteur de troubles, tout associateur qui met une divinité (idole, religion, idéologie ou Cheikh) qui fixe les règles à la place d’Allah ne connaîtra pas la Miséricorde, même s’il a prié, jeûné,  récité le Coran et combattu pour la cause d’Allah. L’effusion de sang est une transgression. Le sang qui a coulé dans le monde arabe et musulman n’est pas du pipi de chat qui va s’évaporer. Le pet de moustique en méditerranée peut provoquer une tempête dans le Pacifique, que dire alors des cris des innocents tués pour le pouvoir des médiocres et pour la survie de l’Empire ?

 

Vous aimez cet Article? Diffusez-le!

3 Commentaires

  1. Mohand Tahar 9 octobre 2013 at 12:06

    Mr Mazri et les autres, bonjour. Assalam ou aleykoum.

     » La sagacité est comme un rayon de soleil qui vous illumine mais, en même temps, elle vous irradie » (René Clair).

    Mr Mazri, vous avez en vous, ce don rare du Ciel, de synthétiser en quelques lignes ( versets du Coran et Hadiths à l’appui), jusqu’à la racine, ces forces du Mal qui rongent la société islamique .

    Les Musulmans désemparés et sidérés que nous sommes, trouvent en vous cette lanterne qui éclaire notre passé chaotique destructeur et nous indique la voie à emprunter pour ne pas reproduire les mêmes égarements et les mêmes folies auto-destructrices. Ces simples vérités ne sont pas sans peines et agitations comme après une anesthésie générale. Mais, c’est salutaire.

    Bien plus que nos intellectuels laîcistes fanatiques et prisonniers de leurs corsets idéologiques matérialistes importés, je crains, plus que tout autre, les mauvais Musulmans.

    Les Tarik Ramadan, les Mohamed Arkoun et toute cette engeance de cloportes « embedded » qui se pare du titre tronqué et dévoyé d’ « islamologues » , ont fait bien plus de mal que des armées entières ennemies de l’Islam. Forts de leurs compétences, ils ont insufflé dans les cœurs crédules qu’ils ont séduits par leurs discours fallacieux, le doute et la fitna . Ces « réformateurs » des temps nouveaux, d’un aplomb sidérant, ne sont, en vérité, que des agitateurs à gages.
    Signe révélateur de leurs intentions coupables, le Système leur tend le micro, leur ouvre leurs médias et les gratifie de quelques prébendes.

    Je me ferai un devoir de partager, avec d’autres, vos lumineuses analyses mais, hélas, trois fois hélas, j’y renonce, à mon corps défendant, Les quelques sites « nés chez nous » me confondent et me lassent par leur médiocrité intellectuelle et leur esprit sectaire et étriqué ! Que faire ?

    Que Dieu vous garde avec nous car, vous êtes la voix vraie en ces temps dramatiques où la folie démesurée s’est emparée de tous ceux qui sont censées être, par leurs pouvoirs et leurs compétences, les défenseurs des intérêts de l’Islam et des Musulmans .

    Vous avez ce merveilleux don

    • Omar MAZRI 9 octobre 2013 at 23:27

      @ Mohand Tahar

      Salamou Allah sur toi et miséricorde pour tes parents.

      Je te remercie pour ton intérêts pour mes travaux. En réponse à tes compliments je te dis ce que notre Prophète (saws) a dit en de pareilles situations où il est légitime de chercher la reconnaissance qui donne envie de continuer tout en ayant peur pour soi : « Allah mon Dieu ! Rends-moi meilleur de ce qu’on dit sur moi et pardonne-moi le mauvais qu’ils ignorent sur moi »

      Cher frère, ce que tu dis sur les islamologues est vrai. Les publications juives, chrétiennes et laïques leur font de la publicité. Est-ce qu’ils ont atteint l’universel ? Je ne sais pas. Le plus probable c’est qu’ils répondent au désir minima de leurs idéologies et de leur représentation sur l’Islam et sur les musulmans : reconnaître que l’Islam doit être réformé, qu’il doit être soumis à l’herméneutique humaine occidentale, que le Hijab n’est pas obligatoire, que le Coran comporte des mots non arabes (sous entendu qu’il n’est pas d’influence divine), que le Prophète aurait trouvé l’inspiration auprès des Juifs et des Chrétiens, que l’Islam est le troisième rameau du monothéisme, que l’Islam condamne le terrorisme islamique et approuve la guerre mondiale de l’Empire et du sionisme, que ces révolutions arabes sont un printemps (sous entendu révolution colorée instaurant le modèle occidental).

      J’ai conscience non seulement de ne pas être repris par les « notres », mais j’en connais les raisons et les instigateurs (quelques uns pour être juste et plus précis).

      Que faire? Rester lucide et chercher la vérité en la confrontant avec d’autres vérités. C’est votre vérité que vous avez construite par votre quête, par votre liberté et par votre sentiment que c’est un devoir religieux qui est la garantie dans ce monde d’illusion et d’auxiliaires de la pensée qui œuvrent, bon gré mal gré, pour des agenda qui les dépassent faute d’abstraction intellectuelle, de probité et de liberté bien comprise.

      Bien à toi ! Qu’Allah nous donne à tous l’amour de la vérité et la compétence de distinguer, par Sa Lumière, le Vrai du Faux, puis de suivre le Vrai et de se détourner du Faux. Amine !

      • Sanne 26 octobre 2016 at 08:57

        Kewl you should come up with that. Exnlleect!

Vos réactions