Islam  : Libération des opprimés

Témoin, mémoire, culte et Jihad (suite 2/2)

Témoin, mémoire, culte et Jihad (suite 2/2)
Print pagePDF pageEmail page

Dans l’énoncé de la sourate Al Bouroudj, nous ne sommes pas dans un tribunal humain avec ses mensonges, ses rhétoriques, sa casuistique, ses défaillances, ses lacunes, sa subjectivité et sa partialité. Nous sommes face à Allah le Témoin, le Juste, l’Équitable qui a annoncé l’organisation du procès parfait, infaillible, irrévocable et irréversible :
{Le Jour où leurs langues, leurs mains et leurs pieds témoigneront de ce qu’ils faisaient, ce jour-là, Allah leur Donnera complètement leur vraie rétribution et ils sauront qu’Allah Est la Vérité incontestable.} An Nur 24{Aujourd’hui Nous Scellons leurs bouches : leurs mains Nous parleront, et leurs pieds témoigneront de ce qu’ils acquéraient. Et si Nous le Voulions, Nous Effacerions leurs yeux : alors ils se bousculèrent sur le pont de l’Enfer. Comment donc verront-ils ?} Yacine 65Nous ne sommes dans un tribunal humain nous sommes dans l’incomparable Justice et équité d’Allah qui les soutient par Sa Puissance, Son Témoignage, Sa Vérité et Son Invincibilité infaillible et incontestable :{Et le Jour où les ennemis d’Allah seront rassemblés au Feu, conduits par rangs, jusqu’à ce qu’ils y arrivent : leurs ouïes, leurs vues, et leurs peaux témoigneront contre eux de ce qu’ils faisaient. Et ils dirent à leurs peaux : « Pourquoi avez-vous témoigné contre nous ? » Elles dirent : « Allah, Celui qui Fait parler toute chose, nous fit parler. Et c’est Lui qui vous A Créés la première fois, et vers Lui vous serez ramenés. Et vous ne cherchiez pas à vous cacher, de sorte que ni vos ouïes, ni vos vues, ni vos peaux ne puissent témoigner contre vous, mais vous avez pensé qu’Allah ne Sait pas beaucoup de ce que vous faites. Cela était la pensée que vous pensiez de votre Seigneur, elle vous a détruits, alors vous êtes devenus du nombre des perdus ». S’ils persévèrent, le Feu est une demeure pour eux, et s’ils s’excusent, ils ne seront point du nombre des excusés.} Fussilat 19

Dans ces versets de la Sourate Fussilat « les détaillées » nous sommes effectivement face au témoignage exemplaire et à la justice idéale que chaque coupable craint et souhaite ne pas y penser ni y croire et que chaque victime réclame et attend avec espoir et espérance sa survenue. Il ne s’agit pas d’une connaissance narrative, intuitive ou subjective de la vérité historique, factuelle et psycho affective des acteurs et des victimes des crimes, des atrocités, des souffrances et de leurs stigmates sur la vie et dans la mémoire. Mais il s’agit d’une parole divine qui fait le serment sur le témoignage et ses actants en l’occurrence l’accusé et l’accusateur, le coupable et la victime ainsi que la nature de la tragédie, le moment, le lieu et les circonstances qui les ont uni. Ce sont donc les membres, les facultés de perception et les compétences d’entendement qui vont garder mémoire indélébile, au détriment de leur conscience, pour venir confirmer la véracité de ce que l’on a vu, entendu, perçu, compris et vécu. Le témoignage devient révélation et authentification incontestable. Aucun injuste, aucun transgresseur, aucun renégat, aucun traitre ne peut échapper à la reddition des comptes si dans cette vie il ne s’est pas prémuni contre lui même en prenant garde à Allah et en se montrant miséricordieux envers les Créatures d’Allah :

{La punition d’un mal est un mal pareil. Quiconque pardonne et s’amende, sa rémunération incombe alors à Allah. Il n’Aime pas les injustes. Et quiconque triomphe après avoir subi une injustice : ceux-là alors ne leur incombe aucune responsabilité. Mais la responsabilité incombe à ceux qui sont injustes envers les gens, et qui tyrannisent de par la terre sans juste cause. Ceux-là auront un douloureux châtiment. } As Shura 40

Nous conservons cette idée d’authentification, de confrontation, de révélateur, de mémorabilité, de témoignage sur un crime commis contre une communauté de foi dont le Coran tait la date et le lieu et le nom pour mettre en exergue le crime, ses actants et la Justice immanente en un Jour proche et inéluctable. Nous pouvons donc avoir recours à d’autres traductions qui respectent le sens des versets coraniques, le style du Coran et son pouvoir évocateur sur notre imagination, notre mémoire et notre quête d’idéal que le Coran révèle en une fraction de seconde par un énoncé clair, concis et signifiant :

{Par le ciel aux constellations, et par le Jour promis, et par un témoin et un mémorable} Al Bouroudj 1
{Par le ciel aux constellations, et par le Jour promis, et par un témoin et un révélateur} Al Bouroudj 1
{Par le ciel aux constellations, et par le Jour promis, et par un témoin et un accusateur} Al Bouroudj 1

Le jour du crime est mémorable ! Le Jour du Jugement dernier est mémorable ! Les atrocités commises sont mémorisées dans les cellules humaines et dans les atomes de la création qui viennent témoigner ! Al Mizane, la Balance divine, qui pèse et évalue les actions, les intentions et les comportements est un révélateur ! La victime en demandant Justice est un révélateur ! La victime en demandant Justice est un accusateur. Ce qui vient renforcer cette lecture est bien entendu le récit coranique et prophétique sur les أَصْحَـٰبُ ٱلْأُخْدُودِ « les gens du fossé ». Ce qui vient renforcer cette lecture est aussi la réponse subtile aux trois serments

قُـتِـل : لقد لُعِنَ أشدَّ اللَّعْنِ (جواب القسم

Les assassins ne sont donc évoqués que dans une forme allusive et intransitive qui les exclut, par la subtilité grammaticale coranique, de la miséricorde divine : ils deviennent des maudits. Celui qui est frappé de la Malédiction divine a perdu en lui toute forme de miséricorde et a perdu non seulement le bénéfice de la Miséricorde divine mais le regard, l’écoute et l’attention d’Allah le Miséricordeur. Il ne pourra trouver le Jour du Jugement dernier nul intercesseur en sa faveur et nul défenseur et nulle action qui puisse bénéficier en sa faveur, lui donner des circonstances atténuantes, alléger ou raccourcir son séjour en Enfer.
Nous ne sommes donc plus dans une lecture « les gens du Fossé ont été tués » mais « les gens du Fossé ont été maudits ». Les gens du fossé ne sont pas les victimes mais les assassins sur lesquels la justice humaine n’a pas eu prise. Nous ne savons pas exactement si les martyrs sont ceux qui ont été jetés dans le fossé remplis de combustibles ou si les martyrs sont des morts inconnus alors que le fossé rempli de combustible désigne l’enfer destiné aux assassins conformément au verset :

النَّارَ الَّتِي وَقُودُهَا النَّاسُ وَالْحِجَارَةُ
{le Feu dont le combustible proviendra des Hommes et des pierres, préparé pour les mécréants.} Al Baqara 24

وَأُولَٰئِكَ هُمْ وَقُودُ النَّارِ
{Et ceux-là sont le combustible du Feu.} Al ‘Imrane 10

L’impunité, l’injustice et la cruauté de leur mort ne relèvent plus des hommes mais de la Justice divine. Leur dossier sur le plan de l’existence terrestre est fermé. Les informations qui nous parviennent de l’histoire sont fragmentées, rares et imparfaites. Par conséquent nul ne peut les réhabiliter ni leur rendre justice sur le plan des livres d’histoire ni sur le plan pénal ni sur le plan du dédommagement de leurs descendants.

Cette lecture coranique permet de conclure à un massacre total de la fratrie de foi par des gens maudits. Ce massacre est sous-entendu par le Coran mais qu’Allah par Sa Miséricorde nous a épargné ses détails contrairement aux images horribles qui font réjouir et jouir les « Musulmans » comme s’ils étaient des forcenés – entre les mains de la guerre psychologique, médiatique et idéologique – destinés à haïr et à se faire haïr.

En effet il est impensable qu’Allah nous donne une description des « gens du fossé » comme celle de victimes massacrées dans un panorama paisible ou comme s’ils étaient des bouddhistes s’immolant par le feu après une longue méditation ou l’absorption d’une drogue anesthésiante. Les « gens du fossé » ne sont pas assis sur le feu mais assis près, à côté, au dessus ou sur le fossé ou sur le lieu du massacre agissant en témoins du massacre qu’ils ont commis ou qu’ils sont en train de commettre :

إِذْ هُمْ عَلَيْهَا قُعُودٌۭ
{Lorsqu’ils y étaient assis} Al Bouroudj 6

Ceux qui sont assis se sont les témoins ou les acteurs du massacre et non les massacrés.

Il faudrait sur le plan de la logique sémantique que le massacre soit total, massif, impitoyable, monstrueux pour qu’Allah en fasse le serment sur Lui-même en tant que Témoin, sur les constellations cosmiques qui gardent trace mnésique de cette monstruosité humaine et sur le Jour du Jugement dernier qui viendra rendre justice aux massacrés et châtier les massacreurs. L’énoncé coranique qui vient par la suite dans la sourate Al Bouroudj milite en faveur de cette lecture qui fait d’une part d’Allah le Témoin et des massacreurs les témoins sur leur massacre et d’autre part des victimes massacrées, brulées, torturées ou crucifiées les accusateurs :

وَهُمْ عَلَىٰ مَا يَفْعَلُونَ بِٱلْمُؤْمِنِينَ شُهُودٌۭ

Chouhoud est le pluriel de Chahid :

{…et eux sont témoins de ce qu’ils faisaient des croyants} Al Bouroudj 7

وَٱللَّهُ عَلَىٰ كُلِّ شَىْءٍۢ شَهِيدٌ
{Et Allah Est Témoin sur toute chose} Al Bouroudj 9

C’est en même temps une ouverture du temps humain à l’espérance que Justice sera rendue même si cela doit se faire dans mille ans ou un million d’années ou plus ou moins. C’est cette foi et cette espérance qui donnent au croyant la résignation devant le destin qui semble cruel, la patience devant l’adversité, le contentement dans l’épreuve, le consentement face au Décret divin, l’attente du secours venant d’Allah et non de la providence messianique sous la forme de l’OTAN ou du Dajjal (l’antéchrist)…

Nous sommes donc mis d’emblée dans le panorama du Jugement dernier avec le Chahed شاهد qui est ici Allah le Témoin Justicier qui va mettre en procès les criminels qui vont venir comme témoins de leur actes portant atteinte à la sacralité de la vie humaine et de sa liberté de conscience, de ceux qui n’ont ni assisté ni vus mais qui ont commandité la torture et l’assassinat des croyants qui refusent d’abjurer leur foi, de ceux qui n’ont pas participé par leurs actes mais qui sont coupables par leur silence complice ainsi que ceux contraints d’assister et qui croient que la contrainte absous alors que le cœur et la conscience habitués aux massacres et aux tortures ne désavouent pas en leur for intérieur comme le spécifie le Hadith :

« Qui a vu (assisté à), parmi vous, une chose blâmable qu’il lutte pour le changer par sa main (en luttant par la force physique ou matérielle), par sa langue (en le dénonçant par le verbe et l’écrit), sinon par le cœur (en le désapprouvant intérieurement) et ceci est le niveau le plus bas de la foi »

Le Mashoud مَشْهُود : la victime accusatrice viendra le Jour du Jugement dernier comme le martyr ensanglanté non seulement apporter son témoignage mais le porter devant une audience composée de l’Humanité ressuscitée, des Anges Scribes qui écrivent nos actes. En arabe ou en français on arrive à une convergence sur le sens accusation : incrimination, dénonciation, révélation, indication, mémoire témoignant, apport de preuves…

{Par le ciel aux constellations, et par le Jour promis, et par un témoin et un accusateur. Maudits soient les gens du Fossé : Ils sont le combustible du Feu lorsqu’ils viendraient l’alimenter et eux sont alors témoins de ce qu’ils faisaient des croyants dont ils se sont vengés que parce qu’ils croyaient en Allah, l’Invincible, le Tout-Louable; Celui auquel appartient le Royaume des Cieux et de la terre. Et Allah Est Témoin sur toute chose.} Al Bouroudj 1

La lecture coranique banni le temps et l’espace pour nous focaliser sur l’essentiel en nous situant dans la transcendance et l’imminence du Jugement dernier. Nos visées, nos actes et nos fréquentations doivent être confrontés non au succès mondain et à la réussite sociale mais au salut ou à la perdition ultime. D’ailleurs nous en avons confirmation par la lettre et l’esprit des versets où sont proclamés les Serments divins dans le Coran :

{Par le Ciel et son remaniement, et par la terre et ses fissures, c’est une parole décrétée, et ce n’est point une plaisanterie. Eux, sans doute, ils projettent de perfides ruses, mais Je Planifie d’invincibles stratagèmes. Accorde donc un délai aux renégats, accorde-leur un long sursis.} At Tariq 11

Allah lance un avertissement valide jusqu’à la nuit des temps :

إِنَّ ٱلَّذِينَ فَتَنُوا۟ ٱلْمُؤْمِنِينَ وَٱلْمُؤْمِنَـٰتِ ثُمَّ لَمْ يَتُوبُوا۟ فَلَهُمْ عَذَابُ جَهَنَّمَ وَلَهُمْ عَذَابُ ٱلْحَرِيقِ
{Certes, ceux qui ont éprouvé les croyants et les croyantes, ensuite ne se sont pas repentis, ils auront le châtiment de la Géhenne, et ils auront le châtiment du Feu ardent.} Al Bouroudj 10

Cet appel comme je l’ai montré dans mon livre « Aimer : la Voie coranique » n’est pas celui d’un dieu vengeur et cruel mais Celui d’Allah qui n’Aime pas l’injustice mais qui Aime Ses Créatures et leur témoigne Son Amour, Sa Miséricorde en sollicitant leur mémoire, leur vigilance, leur compassion, leur humanité miséricordieuse, leur compétence à méditer, leur facultés à tirer enseignement et leurs responsabilités à assumer les actes qu’ils ont accompli librement :

وَهُوَ ٱلْغَفُورُ ٱلْوَدُودُ
{Il Est le Pardonneur, l’Aimant Affectueux} Al Bouroudj 10

Sur le plan de la cohérence peut-on être aimé par Allah ou prétendre aimer Allah et solliciter l’aide économique, culturelle, sociale, militaire et idéologique des ennemis d’Allah et de ce ceux qu’il a en aversion car ils sont agresseurs, transgresseurs, renégats et alliés de Satan ?
Sur un plan logique, cultuel, social, humaniste et religieux quelle est la signification de notre témoignage par la prière du « Chahed et Mashoud » comprise comme prière à la Mecque, oraison du Vendredi, prière en assemblée, oraison de l’Aïd, prédication invitant à l’Islam si nous ratons l’essentiel qui fait notre islamité : notre humanité, la Justice de l’Islam et l’Amour d’Allah. Quelle est la signification ostensible (qui veut être visible) et ostentatoire (qui se montre avec éclat) de nos rites transformés en festivités alors que nos cœurs sont vides et nos territoires sont occupés par l’impérialisme et remplis de haine, de vengeance, d’injustice, d’absence de vertu, de paresse, de fragments de Wahn.

Pourquoi dans les moments cruciaux de l’histoire les savants et les prédicateurs musulmans ne voient cette sourate que comme un devoir de témoignage rituel et non comme une interrogation à nos consciences sur l’injustice dans ce monde ainsi qu’une préparation ontologique et sociale à l’interrogatoire et à la justice équitable du Jour de la reddition des comptes. Face aux exactions d’Al Hajjaj et aux abus des omeyades et des Abbassides on trouverait sans doute des lectures strictement cultuelles et spirituelles du Coran de la même façon que lors du massacre de l’Imam Al Hussein et la descendance du Prophète (saws), de l’invasion de l’Algérie, de l’occupation de la Palestine, des nouvelles invasions de l’Irak et de l’Afghanistan, de l’agression colonialiste contre la Libye, de la préparation d’autres agressions. C’est ainsi que j’ai reçu le message sur « la prière du Chahed et du Mashhoud ». Est-ce que nous sommes conscients de la diversion idéologique et médiatique, de l’instrumentalisation de la religion et de notre comportement irresponsable et autiste qui ne voit ni n’entend les souffrances du monde musulman ni sa livraison comme une proie facile aux colonialistes ces prédateurs voraces et insatiables…

Pour rester dans l’esprit et les messages transmis par les Serments divins il faut nous interroger sur le mal qui nous ronge et les solutions que nous ne savons pas imaginer. Dans tous les serments coraniques que je viens de citer existe-t-il une explication eschatologique de l’histoire ou une solution métaphysique en dehors de notre engagement qui transforme notre être ontologique c’est-à-dire notre croire, notre savoir, notre devoir, notre pouvoir, notre vouloir et notre libre agir ? A ceux qui veulent faire du Dine une religion d’aliénation, un opium des peuples ou une fuite vers ce qui échappe à notre volonté, à notre intention et à notre action ? Allah dans un de Ses serments, en l’occurrence la Sourate An Nazi’âte, les Anges qui arrachent la vie du corps humain, réfute et condamne tout recours à ce comportement malsain et infantile qu’on ne trouve d’ailleurs que dans les périodes obscures de la civilisation musulmane où les Musulmans se partagent en sectes fanatiques, fatalistes, défaitistes c’est-à-dire en « sauve-qui-peut-social » devenant des primitifs, des fétichistes, des totémistes et non plus des monothéistes raisonnables. Sobhane Allah le Coran est le récit le plus facile et le plus évident mais nous le délaissons pour des hadiths compliqués. Allah ouvre la Sourate par un Serment et l’annonce de la Résurrection :

وَٱلنَّـٰزِعَـٰتِ غَرْقًۭا ﴿1﴾ وَٱلنَّـٰشِطَـٰتِ نَشْطًۭا ﴿2﴾ وَٱلسَّـٰبِحَـٰتِ سَبْحًۭا ﴿3﴾ فَٱلسَّـٰبِقَـٰتِ سَبْقًۭا ﴿4﴾ فَٱلْمُدَبِّرَ‌ٰتِ أَمْرًۭا ﴿5﴾ يَوْمَ تَرْجُفُ ٱلرَّاجِفَةُ ﴿6﴾ تَتْبَعُهَا ٱلرَّادِفَةُ ﴿7﴾ قُلُوبٌۭ يَوْمَئِذٍۢ وَاجِفَةٌ ﴿8﴾ أَبْصَـٰرُهَا خَـٰشِعَةٌۭ ﴿9﴾ يَقُولُونَ أَءِنَّا لَمَرْدُودُونَ فِى ٱلْحَافِرَةِ ﴿10﴾ أَءِذَا كُنَّا عِظَـٰمًۭا نَّخِرَةًۭ ﴿11﴾ قَالُوا۟ تِلْكَ إِذًۭا كَرَّةٌ خَاسِرَةٌۭ ﴿12﴾ فَإِنَّمَا هِىَ زَجْرَةٌۭ وَ‌ٰحِدَةٌۭ ﴿13﴾ فَإِذَا هُم بِٱلسَّاهِرَةِ

{Par les Anges qui arrachent avec violence, et par ceux qui enlèvent avec douceur, et par ceux qui se meuvent dans le ciel en voguant, puis, par ceux qui devancent à toute vitesse, puis, par ceux qui exécutent par derrière les ordres ultimes : Le Jour où surviendra le Tremblement, accompagné par le tremblement suivant, des cœurs, ce Jour-là, seront bouleversés, leurs regards désemparés, disant : « Serons-nous effectivement ramenés à la vie, même si nous étions des os rongés ? » Ils dirent : « Ce sera alors un retour perdant ! » Ce ne sera qu’un seul Cri, et voilà qu’ils sont tous au Rassemblement} An Nazi’ate 1

Et il la clôture par

يَسْـَٔلُونَكَ عَنِ ٱلسَّاعَةِ أَيَّانَ مُرْسَىٰهَا ﴿42﴾ فِيمَ أَنتَ مِن ذِكْرَىٰهَآ ﴿43﴾ إِلَىٰ رَبِّكَ مُنتَهَىٰهَآ ﴿44﴾ إِنَّمَآ أَنتَ مُنذِرُ مَن يَخْشَىٰهَا ﴿45﴾ كَأَنَّهُمْ يَوْمَ يَرَوْنَهَا لَمْ يَلْبَثُوٓا۟ إِلَّا عَشِيَّةً أَوْ ضُحَىٰهَا

{Ils t’interrogent sur l’Heure : « A quelle époque est-elle fixée ? » Qu’as-tu à faire de son moment ? C’est vers ton Seigneur son terme. Mais toi, tu n’as qu’à avertir celui qui la craint. Le Jour où ils la verront, on dirait qu’ils ne sont restés qu’une soirée ou sa matinée !} An Nazi’ate 40

Entre l’annonce du Rassemblement précédant le Jugement dernier et le séjour éphémère sur terre ou dans la tombe Allah non seulement cache le terme de chaque existence ainsi que le moment de l’Heure (la fin du monde) mais il introduit une vie de Jihad que le croyant doit mener contre l’injustice, l’oppression, l’ignorance et le Taghut, en annonçant les événements et les luttes qui découlent de la mission confiée à Moise, la même confié à Mohamed (saws) et à nous tous :

هَلْ أَتَىٰكَ حَدِيثُ مُوسَىٰٓ إِذْ نَادَىٰهُ رَبُّهُۥ بِٱلْوَادِ ٱلْمُقَدَّسِ ٱذْهَبْ إِلَىٰ فِرْعَوْنَ إِنَّهُۥ طَغَىٰ فَقُلْ هَل لَّكَ إِلَىٰٓ أَن تَزَكَّىٰ وَأَهْدِيَكَ إِلَىٰ رَبِّكَ

{L’histoire de Moïse t’est-elle parvenue ? Lorsque son Seigneur l’Appela dans la vallée sacrée Tuwâ : « Va vers Pharaon, il outrepassa, et dit : “ Es-tu prêt à te purifier, et que je te guide vers ton Seigneur…} An Nazi’ate 15

Est-ce les récits des Prophètes et leur enseignement ont été abolis par le temps ? Existe-t-il une autre solution que l’exercice normale et correcte de notre vocation d’humain qui a reçu le privilège d’être éduqué par le Coran, d’être honoré par Allah et de se ressourcer par l’Islam ? Existe-t-il une autre solution que la fédération de notre être social ? Existe-il un autre Coran, un autre Prophète, un autre Islam, un autre passé et un autre devenir pour que nous ayons l’excuse morale et la compétence légitime de diverger si radicalement sur notre situation au point de ne plus chercher la solution de nos problèmes dans nos sources et dans nos idées mais dans l’importation des idées des autres y compris de leur mythologie, de leur surnaturel, de leur vision biblique, talmudique et otanesque. Prenons un autre serment divin et méditons avec sérénité et méthode son contenu et mettons-le en application :

{Par le soleil, et par le matin qu’il éclot, et par la lune quand elle le suit, et par le jour quand il l’éclaire, et par la nuit quand elle l’enveloppe, et par le ciel, et par Celui qui l’a élevé, et par la terre, et par Celui qui l’a étendue, et par l’être humain, et par Celui qui l’a parfait, et lui a donné son impudence et sa piété. A effectivement cultivé, celui qui a  épuré son ego ; et a effectivement perdu, celui qui l’a souillée.} As Shams 1

{Par la nuit quand elle enveloppe, et par le jour quand il s’éclaire, et par Celui qui a créé le mâle et la femelle, certes, vos efforts sont sûrement variés} Al Layl 1

{Par le matin, et par la nuit quand elle se répand, ton Seigneur ne t’A ni Abandonné, ni Pris en aversion. Et la vie Future est sûrement meilleure, pour toi, que la vie première. Et ton Seigneur te Donnera sûrement, et tu seras satisfait. Ne t’A-t-Il pas Trouvé orphelin et Il t’Abrita ? Et Il t’A Trouvé égaré, et te Guida ? Et Il t’A Trouvé ayant à nourrir, et Il t’A Enrichi ? Quant à l’orphelin, ne le réprime point, et quant au nécessiteux, ne le repousse point, et quant aux bienfaits de ton Seigneur, alors parles-en.} Ad Duha 1

{Par le figuier, et par l’olivier, et par at-Tùr du Sinaï, et par ce pays sécurisé, Nous avons Créé l’Homme, en fait, dans la meilleure forme, ensuite, Nous l’avons Ramené au plus bas des niveaux. Sauf ceux qui sont devenus croyants et ont fait les œuvres méritoires, ils auront alors une rémunération ininterrompue.} At Tin 1

{Par le temps ! Certes, l’être humain est sûrement en perdition : sauf ceux qui sont devenus croyants et ont fait les œuvres méritoires, et se conseillent la vérité, et se conseillent la persévérance.} Al ‘Asr 1

Nous sommes en présence de Serments solennels qui nous montrent l’étendue des efforts attendus de l’homme comme ils nous montrent ses efforts sont bénis dans ce monde et évalués dans l’autre monde selon le degré d’obédience à Allah, mais nous sommes insouciants, inconséquents et incohérents car nous marchons la tête en bas et nous cherchons midi à quatorze heures par confusion, par paresse et par cette culture que le colonialisme et le despotisme ont enraciné en nous : l’irresponsabilité et le fatalisme.

Il est remarquable de constater que la sourate Al Bouroudj qui parle du Chahed et du Mashoud au début de son énoncé évoque vers sa fin :

هَلْ أَتَىٰكَ حَدِيثُ ٱلْجُنُودِ ﴿17﴾ فِرْعَوْنَ وَثَمُودَ ﴿18﴾ بَلِ ٱلَّذِينَ كَفَرُوا۟ فِى تَكْذِيبٍۢ ﴿19﴾ وَٱللَّهُ مِن وَرَآئِهِم مُّحِيطٌۢ

{L’histoire des soldats t’est-elle parvenue ? Pharaon et Thamùd ? Mais ceux qui sont devenus mécréants ne cessent de démentir. Et Allah par derrière eux, Est Dominant.} Al Bouroudj 17

Allah relance le récit dans une autre perspective explicative de l’histoire. Allah est l’Auteur de l’histoire humaine car Il crée ses causes, ses motivations, ses acteurs, ses interprètes et ses conséquences. Allah est Le Riche, L’Innovateur et le Dominant. Par conséquent faire une lecture simpliste ou mécaniste de l’histoire humaine c’est faire preuve d’ignorance non seulement de l’Histoire mais d’Allah et de Son Livre qui dévoile des situations diverses. Le changement ou la révolution n’est pas agitation ou trouble mais lecture correcte de l’histoire et en même temps réforme intérieure, celle du Moi et celle de la société qui doit cultiver la solidarité humaine comme facteur de résistance contre la déshumanisation et la corruption des colonisateurs et des tyrans. Cette vérité est énoncée dans un autre serment divin :

{Par l’aube, et par dix nuits, et par le pair et l’impair, et par la nuit quand elle passe, y a-t-il en cela un serment pour tout Homme doué de bon sens ? N’as-tu donc pas vu ce que ton Seigneur a fait des ‘Ad ? Iram aux colonnes, dont jamais de pareille n’a été créé au monde. Et les Thamùd, qui creusèrent des maisons dans la Vallée, et Pharaon aux obélisques : ceux qui outrepassèrent dans le pays, et y multiplièrent la corruption. Ton Seigneur alors Déversa sur eux le fouet du châtiment. Certes, ton Seigneur Est aux aguets. Quant à l’Homme, si son Seigneur l’ éprouve, puis l’honore et le comble de grâce, alors il dit : « Mon Seigneur m’a honoré ». Et s’Il l’éprouve, et qu’Il lui réduit sa subsistance, alors il dit : « Mon Seigneur m’a humilié ! » Non ! Bien au contraire: vous n’honorez pas l’orphelin, et vous n’incitez pas à nourrir le miséreux, et vous usurpez intégralement l’héritage, et vous aimez les richesses d’un  amour, avide.} Al Fajr 1

Il relance le récit en rappelant aux Juifs de ne pas se montrer ingrats envers Allah, moqueurs envers Mohamed (saws) et arrogants envers l’humanité faisant de leur statut de victime un fonds de commerce pour cultiver le culte du veau d’or :

{Et lorsque Nous vous Sauvâmes des gens de Pharaon, qui vous infligeaient le pire des châtiments, qui massacraient vos fils et épargnaient vos filles; et il y a en cela une rude épreuve de la part de votre Seigneur. Et lorsque Nous fendîmes la mer pour vous, alors Nous vous Sauvâmes et Engloutîmes les gens de Pharaon pendant que vous regardiez. Et lorsque Nous Prîmes, avec Moïse, un engagement de quarante nuits, puis vous avez adopté le veau dès son départ en étant injustes.} Al Baqara 49

Il relance le récit en confirmant la loi divine de l’alternance des civilisations et des pouvoirs qui s’alternent comme le jour et la nuit apportant la lumière et les ténèbres pour éprouver les hommes et les faire témoigner contre eux-mêmes :

{Nous les Engloutîmes dans la mer en raison de ce qu’ils ont démenti Nos Signes et y furent inattentifs. Et Nous Fîmes hériter les gens, qui étaient opprimés, les levants de la terre et ses ponants, que Nous Avions Bénis.} Al A’raf 138

Il relance le récit en confirmant le sens du témoignage dans cette sourate : nous sommes dans un panorama de confrontation entre le bien et le mal. Le culte est un adjuvant spirituel et social dans le combat que livre le bien contre le mal, le juste contre l’injuste, le beau contre le laid, le vrai contre le faux, le vertueux contre l’immoral, le croyant loyal contre le renégat transgresseur. Pharaon est un autre témoin dans le double sens de jalon dans l’histoire de l’humanité et de témoin contre son oppression et sa dérive démiurge. C’est un signe qui devient signifiant c’est-à-dire porteur de symbole et de témoignage que s’il y a rupture c’est à dire désacralisation et profanation provoquant la confrontation implacable entre la thèse, ici le Prophète Moise, et son anti thèse, ici Pharaon, et la résolution dialectique par un nouveau cycle historique :

{Et Moïse dit : « Notre Seigneur, Tu As Accordé à Pharaon et son élite aisance et biens dans la vie terrestre, notre Seigneur, afin qu’ils se fourvoient de Ta voie ! Notre Seigneur, Supprime leurs biens et Endurcis leurs cœurs, de sorte qu’ils ne deviennent pas croyants jusqu’à ce qu’ils voient le châtiment douloureux ». Il Dit : « Votre invocation, à vous deux, est exaucée. Suivez alors, tous deux, la rectitude et ne suivez surtout pas la voie de ceux qui ne savent point. » Et Nous Fîmes traverser la mer à la postérité d’Israël, alors Pharaon et ses soldats les suivirent, par tyrannie et agressivité, jusqu’à ce qu’il fût atteint par la noyade, il dit : « Je crois qu’il n’y a d’autre Dieu que Celui en lequel eut foi la postérité d’Israël, et je suis parmi les musulmans. » Est-ce maintenant, et tu te rebellais auparavant ? Et tu fus des corrupteurs ! Aujourd’hui donc Nous te Sauverons, en ton corps, afin que tu sois un signe pour ceux qui viennent après toi. En fait, beaucoup d’Hommes sont inattentifs à Nos Signes. Et Nous Instituâmes la postérité d’Israël en une position de force, et leur Octroyâmes de bonnes choses, mais ils ne divergèrent que lorsque la science leur a été donnée. Ton Seigneur Tranchera sûrement entre eux, le jour de la Résurrection, sur ce dont ils divergeaient.} Yunus 93

Ceci vient renforcer le caractère de mémorabilité et de témoignage de la sourate Al Bouroudj qui cite Pharaon que nous avons vu à travers quelques extraits de sourates comme un personnage témoin et mémorable tant par sa puissance, sa dérive démiurge et sa fin qui relève du miracle imprimé dans la conscience collective de l’humanité. Si nous ne sommes pas capables de faire la distinction de ce qui relève du miracle divin de ce qui relève du devoir de l’homme nous devons épurer notre raison et relire notre religion. Si nous ne sommes pas capables de distinguer l’ami de l’allié ni notre opinion de la parole divine en matière d’alliance stratégique nous devons faire une pause et faire ce que faisaient les Salafs : un examen de conscience pour pouvoir disposer de la faculté, de la compétence et de la crédibilité de témoigner avec authenticité, fiabilité et sincérité : témoigner pour Allah. L’erreur d’appréciation ou de décision d’un sot sans responsabilité et sans audience importe peu mais celle d’un savant, d’un gouvernant ou d’un représentant d’une élite ou d’une opposition est catastrophique et en aucun cas elle ne peut être considérée comme un Ijtihad qui a raté sa cible. Nous devons la considérer comme une faute gravissime rendant son auteur passible de justice ou comme le dit la Charia islamique dépossédé de ses droits civiques et tout particulièrement celui de témoigner dans n’importe quelle affaire familiale, civile ou pénale, sociale, politique, économique ou militaire. Le jour où la communauté musulmane exercera son devoir de rompre avec les défaillants et les insensés elle se portera mieux.

Allah (swt) s’adresse à Mohamed (saws) alors qu’il est faible, opprimé sans ressources le projetant dans une histoire à écrire comme nouveau témoignage à l’humanité qui a perdu ses repères : Mohamed tu auras la victoire, tes ennemis et tes adversaires ne pourront jamais te massacrer ni éradiquer ta communauté de foi car vous êtes destinés à porter le flambeau de la foi, de la vérité et de la justice. C’est ce que Mohamed (saws) a authentifié dans un hadith unanimement reconnu comme authentique :

« Cette Religion continuera d’exister et un groupe de ma communauté continuera à combattre pour Sa protection jusqu’à l’arrivée de l’Heure. Ce groupe de ma communauté restera toujours triomphant sur le droit chemin et continuera à l’être contre ses opposants. Ceux qui les trahiront seront incapables de leur causer le moindre tort. Ces musulmans resteront sur ces positions jusqu’à ce que les ordres d’Allah soient exécutés (la fin du monde) »

Il relance le récit dans la perspective de la civilisation islamique qui va émerger avec son potentiel de libération et son potentiel de civilisation que Pharaon et Thamud évoquent en Égypte ou en Arabie. Les Byzantins et les Perses ne sont rien en comparaison des civilisations disparues ou anéanties par Allah. Quand on sait que ce récit est révélé à Mohamed (saws) le Prophète illettré, méconnaissant les Écritures, et qu’Allah lui accorde la plus sublime des qualifications « envoyé comme Miséricorde pour les univers » on comprend la correspondance entre le verset suivant traitant du Coran et de l’Histoire humaine et la fin de la sourate al Bouroudj:

{Il y a sûrement dans leurs récits une leçon pour les doués d’entendement. Ce n’était point un discours controuvé, mais une corroboration de ce qui a été révélé avant, une précision de toute chose, une Direction infaillible et une miséricorde pour des gens qui croient.} Youssef 111

بَلْ هُوَ قُرْءَانٌۭ مَّجِيدٌۭ ﴿21﴾ فِى لَوْحٍۢ مَّحْفُوظٍۭ
{Plutôt, c’est un Coran sublime, dans un Livre préservé.} Al Bouroudj 21

Les massacres de Bentalha, de Beni Messous et de lieux anonymes peuvent être pour les Algériens insouciants des faits immémorables. L’iniquité des hommes et l’adversité du temps peuvent occulter les victimes et leurs droits et laisser les criminels jouir de leur impunité. L’ironie du sort peut même édifier des mémoriaux et célébrer des commémorations pour les assassins, les traitres et les artisans ou commanditaires de massacres. La même ironie peut jeter dans l’oubli, dans la honte et à la haine public des femmes et des hommes qui ont consacré leur vie au bien, à la lutte contre l’injustice. Cette existence terrestre est une série de cycles et d’alternances pour tirer enseignement des épreuves et garder espérance en Allah le Témoin qui fera du Jour du Jugement dernier un jour mémorable pour l’éternité et pour la mémoire de la victime qui viendra en accusateur et du coupable qui viendra en témoin. Ce jour là est le jour de vérité. En attendant d’affronter ce jour luttons pour notre dignité et pour notre foi car la perte de dignité, l’ignorance, la pauvreté, la corruption et l’oppression non seulement favorisent la confusion et le doute mais peuvent conduire au suicide, à la folie et au scepticisme perdant dans cette vie et perdu dans l’autre.

Le Coran nous réserve une surprise de taille : le témoignage par le présentiel réel, au sens coranique, ne se fait pas toujours par le Chahed mais aussi par le Mashhoud. Ce qui semble dérouter le conformisme des traducteurs et des lecteurs. A titre d’exemple :

وذلك يومٌ مَشْهودٌ

{Certes, il y a en cela un exemple pour quiconque redoute le châtiment de la vie Future. C’est un jour pour lequel les Hommes seront réunis, et c’est un jour qui sera vu.} Hud 103

إِنَّ قرآن الفجر كان مشهوداً

{Accomplis la prière, dès que le soleil baisse jusqu’à l’obscurité de la nuit, et le Coran de l’aube. Certes, le Coran de l’aube est attesté par des témoins* .Accomplis la prière, dès que le soleil baisse jusqu’à l’obscurité de la nuit, et le Coran de l’aube. Certes, le Coran de l’aube est attesté par des témoins} AL Isra 73

les Témoins ici sont les Anges de la Miséricorde.

Une fois de plus nous constatons la polysémie coranique qui déroute la lecture formaliste et litéraliste rendons pratiquement l’accession au sens interdite aux islamologues orientalistes, aux hypocrites même s’ils sont érudits. Les compagnons avaient peu de savoir religieux sauf la posession de la langue arabe et une sincérité à faire briser les montagnes : le Coran s’est offert à eux comme outil d’adoration et méthodologie de libération et de civlisation. Ceci renforce notre foi, notre espérance en Allah et notre sentiment que les victimes des sévices, de la torture, des viols, de l’aliénation, des massacres, des exécutions sommaires sans procès, des spoliés sont entourés des Anges de la Miséricordes qui leur apporte du confort, de la fermeté et qui imprime dans leurs conscience qu’ils n’ont pas été abandonnés par Dieu et qu’ils sont ses témoins en plus de son témoignage et qu’ils viendront témoigner en toute justice et toute impartialité. C’est sans doute ce dialogue de l’ange qui arrache avec précaution l’âme ou la vie d’un persécuté, d’une victime qui laisse l’empreinte de sérénité sur le défunt et la détermination des présents à ne pas baisser les bras :

{Certes, ceux qui dirent : « Notre Seigneur Est Allah », ensuite se sont conduits avec rectitude, les Anges seront ordonnés de descendre sur eux : « N’ayez point peur, ne vous affligez point, et réjouissez-vous de la bonne nouvelle du Paradis que l’on vous promettait.} Fussilat 30
En conclusion j’ai tenté d’apporter une démarche pédagogique à la question de « la prière du Chahed et Mashhoud » en jouant sur la polysémie, les contradictions apparentes, le sens caché pour montrer que la voie coranique est la voie de l’intelligence, de la cohérence, de la pertinence et de l’opportunité par sa richesse d’approches répondant aux différents contextes textuels ou réels. Nous manquons de réalisme et d’efficacité pour construire un Fiqh géopolitique et un Fiqh des Priorités. Être docteur en Usul al Fiqh mais ne pas comprendre la réalité et les priorités et confondre les alliances et les désaveux c’est être selon l’expression coranique  » l’âne qui porte des livres ».

En me promenant dans cet océan de « Chahed et Mashhoud) Allah m’a dirigé vers un verset pour lui apporter une correction dans la traduction :

شَهِدَ اللَّهُ أَنَّهُ لَا إِلَٰهَ إِلَّا هُوَ وَالْمَلَائِكَةُ وَأُولُو الْعِلْمِ قَائِمًا بِالْقِسْطِ لَا إِلَٰهَ إِلَّا هُوَ الْعَزِيزُ الْحَكِيمُ

« Allah atteste, et aussi les Anges et les doués de science, qu’il n’y a point de divinité à part Lui, le Mainteneur de la justice. Point de divinité à part Lui, le Puissant, le Sage! »

Allah (swst) ne peut ni témoigner devant un Tribunal ni attester devant un auditoire qu’Il est le Dieu Unique mais Il le Manifeste à travers Ses Signes, Sa création et Son Livre,sans faille qui témoignent et attestent qu’ils ne peuvent être créés ou gouvernées par plusieurs divinités ce qui poserait un problème de gestion équitable des créatures ainsi que la faillite et la disparition de la pseudo divinité par ses propres lacunes et ses luttes de pouvoir. Par ailleurs le monothéisme nous apprend que la Justice d’Allah est relative dans ce monde puisque la justice absolue sera rendue dans l’autre monde. A la traduction de la version saoudienne je propose ma version qui se libère du littéralisme des mots pour aller à la signification théologique, sémantique et logique.

On traduit imparfaitement par Allah atteste ou témoigne alors que le sens réel du verset est donné par Abou al ‘Abbas قال أَبو العباس: شهد الله، بيَّن الله وأَظهر
{Allah Manifeste ostensiblement qu’il n’y a de Dieu que Lui – de même les Anges et les doués de Science – qu’Il Est Immuable avec équité. Il n’y a nul autre die u que Lui : L’Invincible, Le Sage.} Al ‘Imrane 18

J’ai utilisé le terme ostensible qui signifie visible, qui ne peut être caché en opposition avec le Kofr qui signifie cacher la vérité, occulter le visible, masquer le réel. Le Coran est rempli d’images antagonistes et d’oxymores pour mettre en relief la vérité et il faut respecter son sens et son style.

Enfin dans cette démarche sur le « Chahed et Meshhoud » il y a celle qui va s’imposer de nouveau tant qu’on ne voit pas de solutions à nos problèmes pourtant visibles et témoignant notre regression flagrante : que faire?Cheikh Abou al Wafa Ibn ‘Aqil a répondu il y a déjà plusieurs siècles sur la vérité limpide que nous transgressons aujourd’hui dans tous les registres de notre existence et sur tous les lieux de cette planète : « Si tu veux savoir quelle est la solution pour l’islam de nos jours, alors ne regarde pas vers les foules de gens vers la mosquée, ni leurs cris lorsqu’ils disent Labaïk, mais regarde leurs réactions face aux ennemis de la Charia. Le vrai abri est dans la forteresse du Dine : s’attacher au câble d’Allah qui est clair, être en faveur de l’alliance entre croyants, être vigilant sur les ennemis qui sèment la discorde, et savoir que le meilleur moyen de s’approcher d’Allah, c’est de détester quiconque transgresse les limites d’Allah et de son Prophète, de les combattre avec la main, la langue, et le cœur, autant que l’on peut.»Malek Benabi y a répondu à sa manière il n’y a pas si longtemps :  » L’avenir est un but lointain, il faut des voies nettes et des vocations puissantes pour y parvenir… Les mots devraient jalonner ces voies et contenir le ferment béni de ces vocations… »
J’ai abordé à plusieurs reprises la question du marché du halal en France. Le halal ne s’improvise pas selon la loi du marché capitaliste. La définition du halal, les procédures de contrôle et de certification, renvoient à la notion de témoignage « shahâda » en islam. Le musulman témoigne qu’il a mangé licitement, l’animal créé pour être une parure et une nourriture témoigne qu’il a été sacrifié licitement. Si le musulman se comporte comme un mouton il perd sa compétence de témoigner. Le mouton, la poule ou la vache viendront témoigner contre lui… Il est donc inadmissible que la communauté musulmane se fasse déposséder de son devoir de témoignage au profit d’une culture consumériste insouciante ou au profit d’opérateurs mercantilistes qui « achètent » la certification halal et font de gros bénéfices alors que le musulman n’a en fin de parcours ni halal ni zakat sur le « marché du halal » pour témoigner de sa solidarité sociale et religieuse aux plus démunis et aux plus fragiles comme le lui commande sa religion.
Allah a donné la réponse dans l’ éternité à toutes nos questions et à tout nos manquements :

{Et Allah Est Témoin sur toute chose.}

Alors que nous, qui prétendons à la foi, nous sommes – sur le plan tant du texte coranique que de la réalité socio-politique – dans l’incapacité intellectuelle et morale de distinguer le Chahed du Mashhoud, l’agressé de l’agresseur, la victime du coupable, l’allié de l’ennemi, la Fawa religieuse de l’opinion partisane, le témoin de l’accusé, l’accusé de l’accusateur, l’essentiel de l’accessoire… Nous allons  témoigner sur quoi et comment dans ce monde ! Tout faux témoignage est un péché majeur.

Vous aimez cet Article? Diffusez-le!

1 Commentaire

  1. Marlee 26 octobre 2016 at 10:03

    This shows real expirtese. Thanks for the answer.

Vos réactions